VOTE | 238 fans

Le cartel Hypnoweb a besoin de toi !
Rejoins-nous sans attendre

Les Humains

Les Humains

Homo sapiens, qui signifie « Homme sage » en latin, ou Homme moderne est une espèce de l'ordre des Primates appartenant à la famille des Hominidés. Plus communément appelé « homme », « humain », ou encore « être humain », il est le seul représentant actuel du genre Homo, les autres espèces, une quinzaine en l’état actuel des connaissances paléoanthropologiques, étant éteintes.

Parmi les Hominidés actuels, il se distingue d’un point de vue physiologique par sa bipédie quasi-exclusive, son cerveau plus volumineux et son système pileux moins développé.

D'un point de vue éthologique, le genre Homo se distingue par la complexité de ses relations sociales, l'utilisation d'un langage articulé élaboré transmis par apprentissage, la fabrication d'outils, la maîtrise du feu, la domestication de nombreuses espèces végétales et animales, ainsi que l'aptitude de son système cognitif à l'abstraction et à l'introspection.

Plus généralement, il se distingue de toute autre espèce animale actuelle par la complexité de ses réalisations techniques et artistiques, l'importance de l'apprentissage et de l'apport culturel dans le développement de l'individu, mais aussi par l'ampleur des transformations qu'il opère sur les écosystèmes.

Il est le dernier et seul descendant actuel de la lignée humaine et possède tous les caractères qui la définissent.

La science qui étudie l'homme sous tous ses aspects est l'anthropologie. Celle qui étudie son histoire évolutive est la paléoanthropologie.

 

1/ Appelation.

Nom scientifique : La dénomination binominale complète de l'espèce humaine est : Homo sapiens, Linné 1758.

*Homo constitue le nom de genre (au nominatif latin, avec première majuscule et en italique),

*sapiens provient d'un adjectif latin (en minuscule italique ) signifiant « intelligent, sage, raisonnable, prudent », et qui désigne l'espèce,

*Linné identifie le nom du naturaliste qui a nommé et décrit l'espèce,

*1758 situe l'année de publication de la diagnose, ou de sa validation.

Jusqu'en 2003, l'espèce Homo sapiens était subdivisée en deux groupes distincts, considérés comme deux sous-espèces, dont l'une était l'espèce humaine actuelle, et l'autre, une espèce cousine éteinte, celle de l'homme de Néandertal. Comme pour toute sous-espèce du règne animal la conséquence terminologique a été de créer des noms trinomiaux en rajoutant un adjectif, toujours latin (et en italique), après le nom d'espèce. C'est ainsi que l'espèce humaine était appelée Homo sapiens sapiens, et son cousin était appelé Homo sapiens néandertalensis. Cette terminologie n'est plus en vigueur pour la majorité des scientifiques qui considèrent alors les deux espèces : Homo sapiens et Homo néandertalensis.

Appellations courantes : Le mot français « homme » est une évolution du latin hominem, accusatif de homo, et se réfère avant toute chose à l'espèce Homo sapiens dans son ensemble (le nominatif homo a donné en français le pronom indéfini on).

Le mot « homme », dans une deuxième acception, désigne aussi le mâle adulte, plus prosaïquement qualifié d'individu de sexe masculin (le latin classique utilisait, en ce sens, le mot vir, d'où dérivent les mots français « viril », « virilité »). Le terme « femme » désigne la femelle adulte.

Les termes « garçon » et « fille » désignent respectivement le mâle et la femelle à leur stade infantile ou pubère. Ils renvoient aussi à l'individu adulte lorsque l'accent est mis sur la filiation.

On emploie aussi le terme « Humanité », au singulier et avec une majuscule, pour parler de l'espèce humaine dans son ensemble, ou pour désigner l'ensemble de la population humaine.

Certaines langues font la distinction entre l'homme « être humain » et l'homme « individu mâle » : par exemple le latin (homo = être humain et vir = être humain mâle), l'allemand (Mensch = être humain et Mann = être humain mâle). En français, certains dialectes (dont celui de France) utilisent indistinctement le terme « homme » tantôt pour parler du mâle, tantôt pour parler de l'espèce, alors que d'autres (comme celui du Québec) préféreront les termes génériques « personne » et « humain » pour désigner un membre de l'espèce et réserveront la dénomination « homme » pour parler du mâle humain adulte. Les droits de l'homme, par exemple, sont dénommés ainsi dans de nombreux pays francophones, mais, au Québec, on parle plutôt de « droits de la personne ».

Enfin, on peut mentionner l'emploi de la majuscule (Homme) pour distinguer l'espèce Homo sapiens de l'être humain mâle (homme).

 

2/ Origine.

Les recherches en paléoanthropologie, ainsi que des études en génétique consistant en des comparaisons de l'ADN mitochondrial et du chromosome Y entre différentes populations humaines actuelles aboutissent à l'idée que la population humaine originelle se situait en Afrique, il y a approximativement 200 000 ans.

Les premiers représentants du genre Homo seraient apparus il y a environ 2,5 Ma.

L'un des éléments caractérisant le processus évolutif ayant accompagné l'émergence d’Homo sapiens serait la néoténie, c'est-à-dire une modification héréditaire du phénotype consistant en une persistance de caractères juvéniles à l'âge adulte. Certaines caractéristiques de la physiologie et de l'éthologie humaine actuelles seraient directement liées à la néoténie.

Fossiles humains : Pour les paléoanthropologues, les ossements fossiles d'hominidés peuvent être attribués à Homo sapiens s'ils présentent un certain nombre de critères distinctifs. Pour le crâne, ces critères comprennent une face réduite (angle facial entre 82 et 88 °), l'absence de bourrelet sus-orbitaire et un menton saillant.

De plus, ces caractères propres doivent être combinés à d'autres caractères comme un volume cérébral important, compris entre 1 400 cm3 et 1 600 cm3. Le fossile de l'homme de Florès n'a pas été attribué à Homo sapiens notamment en raison d'un volume cérébral de seulement 400 cm3.

Parmi les plus vieux ossements d’Homo sapiens connus pourraient figurer : 8 dents retrouvées dans la grotte de Quessem, à proximité de Tel Aviv, dont les plus vieilles seraient datées d'environ -400 000, hypothèse étudiée par M. Gopher et son équipe. Figurent également deux crânes datés de -195 000 ans, et appelés Omo 1 et Omo 2. Viennent ensuite ceux de l'homme d'Herto, encore appelé Homo sapiens idaltu, datés d'environ -154 000 ans, puis les ossements de Qafzeh et Skhul en Israël/Palestine, datés respectivement de -97 000 et -80 000 ans. Parmi les fossiles célèbres, on compte celui de l'homme de Cro-Magnon, datés de -35 000 ans et découverts en France.

Un autre représentant du genre Homo, Homo neanderthalensis, a fait son apparition en Europe il y a 250 000 ans et a été contemporain d’Homo sapiens jusqu'à sa disparition, il y a environ 28 000 ans. On ignore presque tout de la nature de leurs relations.

L'homme moderne et ses ancêtres immédiats ne sont plus considérés comme des Homo sapiens sapiens, selon l'ancienne dénomination trinomiale, mais comme des Homo sapiens, dont ils sont les seuls représentants. Les êtres humains actuels appartiennent à cette seule espèce, et sa subdivision en races est considérée comme non pertinente d'un point de vue biologique.

L'apparition de l'espèce humaine : D'un point de vue scientifique, l'apparition de l'homme résulte d'une évolution biologique à partir d'espèces ancêtres, d'abord des eucaryotes, puis des vertébrés, des tétrapodes et des mammifères arboricoles présentant une allure générale évoquant certains singes actuels. Cette évolution depuis notre ancêtre commun le plus récent avec les chimpanzés est relativement bien documentée grâce aux fossiles, bien que des lacunes existent, en particulier pour la lignée évolutive qui mena aux chimpanzés. Le fait que les deux espèces de chimpanzé, Pan troglodytes et Pan paniscus, soient considérés comme les espèces vivantes les plus proches de l'Homme est aussi établie par la phylogénétique.

Les séparations des lignées ayant mené aux différentes espèces de primates actuels, dont le genre Homo, se sont produites de manière successive. La séparation la plus récente entre la lignée humaine et celle d'une autre espèce de primate a été la bifurcation des Homininés en Hominines (lignée humaine) et Panines (lignée des chimpanzés). Selon une équipe de la Harvard Medical School à Boston, cette séparation s'est faite il y a moins de 6,3 Ma. Toutefois, ces travaux indiquent également que cette séparation a été progressive car la comparaison des séquences des chromosomes X d’Homo sapiens et du chimpanzé montre des similitudes qui semblent refléter une période de réhybridation entre des Hominines et des Panines. Une hybridation significative entre au moins une espèce de chimpanzé d'une part, des espèces d'australopithèque et probablement des espèces d'homme d'autre part, conduisant à des échanges de gènes entre les deux tribus, a dû exister pendant peut-être quatre millions d'années selon les auteurs de ces travaux.

Les mécanismes orientant cette évolution ne sont pas encore entièrement compris mais la sélection naturelle semble avoir joué un rôle important : l'environnement aurait guidé notre évolution récente bien que les facteurs environnementaux responsables n'ont pas encore tous été identifiés.

Les théories scientifiques se sont d'abord centrées sur l'évolution de la taille du cerveau qui aurait précédé chronologiquement les autres évolutions adaptatives de l'être humain (théorie du singe au gros cerveau). Toutefois, la découverte de Lucy qui avait une démarche déjà bipède mais un cerveau de faible volume vint infirmer cette hypothèse, la bipédie étant de loin plus ancienne que l'augmentation du volume cérébral. Des empreintes de pas fossilisées datant de 3,75 Ma, trouvées à Laetoli en Tanzanie, montrent une bipédie archaïque. Des empreintes comparables aux nôtres et datant de 1,51 à 1,52 Ma ont été trouvées au Kenya à Ileret.

La variabilité de l'espèce humaine : Une étude, publiée en 2008 dans la revue Science, a été réalisée sur l'ADN de près d'un millier d'individus : la comparaison de 650 000 nucléotides chez 938 individus appartenant à 51 ethnies a montré que le génome des humains est identique à 99,9 %, soit une similitude qui ne se retrouve chez aucune autre espèce de mammifère. Elle est expliquable par l'extrème jeunesse de l'espèce humaine car 60 000 ans ne sont pas suffisants pour permettre des grandes variations génétiques. Il existerait toutefois une variabilité très faible esquissée après la scission des populations ancestrales africaines en 7 branches isolés par des barrières géographiques. Ainsi une légère divergence génétique existerait entre les africains subsahariens, les européens, les habitants du Moyen-Orient, les asiatiques de l'Est, les asiatiques de l'Ouest, les océaniens et les indiens d'Amérique mais ces différences ne sont pas significatives puisqu'elles ne tiennent compte que d'un relativement faible nombre de nucléotides, les autres nucléotides pouvant grandement diverger, même au sein de l'un de ces « groupes ». Cette étude apporte donc la confirmation qu'il n'y a pas plus égaux entre eux parmi les mammifères que les Homo sapiens et les mouvements de populations accélérés au sein de la société moderne vont très probablement atténuer rapidement les quelques variantes génétiques infimes apparues au cours de l'évolution de l'espèce humaine.

Ecrit par Angelgym34 
Ne manque pas...

Illustration pour le sixième numéro d'HypnoMag avec Graham Patrick Martin en couverture.
HypnoMag | Découvre le numéro 6 !

Le quartier The Good Doctor ouvre ses portes sur HypnoSeries
Nouveau quartier | Vidéo d'ouverture

Participez au jeu HypnoChance sur Hypnoweb pour gagner un DVD de la mini-série de la BBC Docteur Thorne en partenariat avec Koba Films et Showshank Films.
Tirage au sort le 04/12 | Participation gratuite

Activité récente
Actualités
STARGATE ORIGINS - Nouveau Teaser

STARGATE ORIGINS - Nouveau Teaser
Un nouveau teaser pour Stargate Origins a été mis en ligne hier sur la chaine Youtube du Stargate...

Des séries dans des séries !

Des séries dans des séries !
Le site Critictoo a établi une liste des séries fictives que l'on peut retrouver dans de véritables...

Stargate Command, une nouvelle plateforme pour les fans.

Stargate Command, une nouvelle plateforme pour les fans.
La MGM, a dévoilé une nouvelle plateforme, à destination des amateurs et fans de la série Stargate...

 Annulation de Teryl Rothery au Paris Manga 24éme édition

Annulation de Teryl Rothery au Paris Manga 24éme édition
Triste nouvelle pour les fans de Stargate SG1. A quelques jours de l'événement, nous venons...

Colin Cunningham alias Major Paul Davis

Colin Cunningham alias Major Paul Davis
 Pour les 20 ans de la franchise Stargate,Paris manga 2017 acceuil son troisième invité de cette...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoPromo

grims, Aujourd'hui à 07:23

Nouvelle PDM chez The Tudors sur les séries historiques ! y'a outlander en plus^^ venez voter !

grims, Aujourd'hui à 07:24

N'oubliez pas que le Outlander vous propose un concours de wallpaper sur le thème de Noel

grims, Aujourd'hui à 07:25

Mais aussi le quartier The Tudors qui lui vous propose de nous faire de jolies cartes de noël !

sabby, Aujourd'hui à 09:15

Bien le bonjour la citadelle La PDM de Dallas vous attend. Venez départager les photos de déco du ranch de Southfork

choup37, Aujourd'hui à 14:45

Fans d'Alexander Vlahos? Envoyez vos questions à Choup37, qui l'interviewera le 3 mars prochain! Plus de détails sur le quartier Merlin!

HypnoBlabla

Daisy2860, Aujourd'hui à 18:06

Mieux que la jessica Jones et Luke cage

Supersympa, Aujourd'hui à 18:07

Je parlais des tutos de Mélenchons moi. Le Punisher, j'ai pas vu encore^^

Daisy2860, Aujourd'hui à 18:07

AH^^

Supersympa, Aujourd'hui à 18:08

Salut Xanaphia !

Supersympa, Aujourd'hui à 18:13

Ah bah elle est partie...

Viens chatter !