VOTE | 258 fans

#808 : Aux Yeux du Monde

 

Au siège de sa compagnie, Alec Colson, un homme d'affaires reconnu, s'apprête à faire une énorme révélation devant la presse. Son second, Brian, essaye de l'en dissuader, mais Alec pense que tout le monde a le droit de savoir ce que le gouvernement cache. Dans la salle de conférence, Alec salue quelques journalistes, puis monte à la tribune. Il affirme avoir la preuve, qu'il y a 5 mois, la Terre a été attaquée par des extraterrestres. Daniel assiste, avec le lieutenant Colonel Carter, à la scène depuis son laboratoire. Colson donne 24 heures aux gouvernements concernés par l'affaire pour confirmer cette thèse. Dans la négative, il révèlera ses preuves...

 

Popularité


4.67 - 3 votes

Titre VO
Covenant

Titre VF
Aux Yeux du Monde

Première diffusion
28.08.2004

Première diffusion en France
27.05.2005

Plus de détails

Ecrit par : Robert C. Cooper et Ron Wilkerson.

Réalisé par : Martin Wood.

Apparitions :

Charles Shaughnessy (Alec Colson)

Tom O'brien (Brian Vogler)

Kendall Cross (Julia Donovan)

Michaël Shanks (Thor (voix))

Morris Chapdelaine (Asgard De Colson/thor)

Chris Shields (Capitaine Mike Shefield)

Ingrid Torrance (Rédacteur)

Brad Proctor (Asgard De Colson/thor)

George Grove (Thor)

Nicolas Podbrey (Thor)

Todd Masters (Thor/asgard De Colson)

Paul Hoosen (Thor/asgard De Colson)

808/ Aux yeux du monde

Au siège de sa compagnie, Alec Colson s’apprête à faire une énorme révélation devant la presse. Son second, Brian, essaye de l’en dissuader, mais Alec pense que tout le monde a le droit de savoir ce que le gouvernement cache. Dans la salle de conférence, Alec salue quelques journalistes, puis monte à la tribune. Il affirme avoir la preuve, qu’il y a 5 mois, la Terre à été attaquée par des extraterrestres (cf. « La Cité Perdue"). Daniel assiste, avec le Lieutenant Colonel Carter, à la scène depuis son laboratoire. Colson donne 24 heures aux gouvernements concernés par l’affaire pour confirmer cette thèse. Dans la négative, il révélera ses preuves.

En salle de débriefing, Sg-1 et le général O’Neill assiste au déferlement médiatique suscité par cette révélation. Carter révèle que la société de Colson a participé, sans le savoir, au développement du F-302. Teal’c propose de lui révéler la vérité, mais Alec est classé comme étant une personne à risque. Jack envoie donc Sam et Daniel pour le dissuader de parler en public de cette affaire.

Au siège de sa société, Brian informe son patron de la situation : les médias veulent savoir la fin et le cours de l’action chute. Puis il reçoit Carter et Jackson dans son bureau. Il leur montre des photos, prises par ses satellites, du vaisseau mère d’Anubis et de la bataille du pole sud (cf. « La Cité Perdue »). Mais rien ne peut l’arrêter. Sur le parking, Samantha reçoit un appel de Julia Donovan (cf. « Prométhée »). Elle lui demande si elle a un commentaire à faire, mais Sam l’envoie gentiment balader. De son coté, Daniel a reçu 13 messages d’Emmet Bregman (cf. « Héros).

Au siège de Colson, une de ses assistantes l’informe que le standard explose. Il la rassure en lui disant qu’il a organisé un système de protection pour ses employés et leurs familles. Brian essaye encore de le dissuader de tout révéler, mais c’est peine perdue.

Au SGC, Carter pense que Colson doit posséder quelque chose de plus concret que de simples photos. Mais le délai est expiré et Colson va montrer ses preuves.

Dans la salle de conférence du siège de Colson, Alec remonte à la tribune et dévoile sa preuve : un Asgard sort entre dans la pièce. Mais il semble un peu différent des autres.

Au SGC, c’est la consternation. Quelques temps plus tard, Carter reçoit un appel confirmant que selon Thor, aucun Asgard ne serait actuellement sur Terre. Sam pense alors qu’il ne s’agit pas vraiment d’un Asgard, mais peut être d’une simple représentation.

Chez Colson Industrie, Brian informe son patron que toutes les chaînes veulent une interview. Le seul problème, c’est que cet alien ne parle pas. Alec souhaite laisser les médias monter l’affaire pour que les preuves accablent Washington.

Au SGC, O’Neill est informé de la situation. L’Asgard que Colson garde n’en est pas vraiment un. Une firme du groupe Colson aurait obtenu l’ADN d’un Asgard, car les scientifiques de l’armée les aident à résoudre leur problème de clonage (cf. « Révélation » et « L’apprenti Sorcier »). L’Asgard qu’il possède est comme une coquille vide car aucune conscience n’y a été transférée. Jack informe Sg-1 que le Pentagone veut arrêter ce déballage. Pour ce faire, ils ont appelé Thor qui apparaît dans la pièce.

A son siège, Alec est informé que toutes les preuves qu’il avait accumulées ont disparu après qu’un éclair blanc est rempli la pièce. De son coté, Sam s’apprête à faire un démenti de l’affaire au journal télévisé de Julia Donovan. A l’antenne, elle dément l’existence d’alien et prouve que Colson a manipulé le monde en utilisant une technologie d’hologramme très avancée. Pour cela, un hologramme de Thor apparaît sur le plateau, il parle et Samantha passe son bras à travers pour démontrer la supercherie. Une fois hors antenne, Julia reçoit une info de dernière minute : le jet privé de Colson a failli s’écraser. Colson appelle Samantha sur son portable. Il lui dit qu’il soupçonne l’armée d’avoir saboté son avion pour étouffer l’affaire, mais il lui promet que rien ne pourra l’arrêter.

Dans le bureau de Jack, Thor, Daniel et lui cherche un cadeau que les Agards pourrait faire aux Terriens. Carter les rejoint. O’Neill la rassure en lui disant que ce n’est pas l’armée qui a tenté de tuer Colson. Daniel pense qu’il aurait en sa possession des fragments de vaisseaux Goa’uld. Sam propose alors de dire la vérité à Alec Colson. Jack lui promet dans parler au Président pendant leur rendez-vous dans 5 minutes. Sam est surprise mais Jack et Thor se téléporte grâce à un rayon Asgard.

Alors qu’il était en réunion avec ses assistants dans son bureau, Colson est téléporté au SGC, en compagnie de Thor. Une fois sur place, il demande des explications. Sam lui explique où il est, et Thor lui dit que le clone servira d’hôte pour une nouvelle conscience. Puis Carter lui dévoile la Porte des Etoiles.

Depuis ses quartiers à la base, Alec rassure son ami Brian. Sam rentre dans la chambre et lui remet un uniforme. Une fois habillé, il la rejoint en salle d’embarquement pour aller sur P4X-650 : le nouveau site Alpha.

De l’autre coté, le Capitaine Shefield les reçoit. Puis elle lui montre le F-302. Colson comprend alors qu’il a participé à sa création. Puis Sam lui propose de faire un tour.

Au siège de la société, Brian reçoit un étrange coup de fil. Il rassure son interlocuteur en lui disant que le plan marchera.

Sur le site Alpha, Carter et Colson font un tour avec l’appareil. Elle lui explique qu’ils font face quotidiennement à une terrible menace. Puis elle lui propose de piloter. Mais Colson fait partir l’avion en piquet vers le sol. Sam parvient à reprendre les commandes juste à temps. De retour au site Alpha, Samantha lui passe un savon. Mais Colson veut toujours divulguer l’information.

Quelques temps plus tard, le Lieutenant Colonel informe Alec de l’existence d’un groupe d’hommes d’affaires essayant d’obtenir le contrôle de la Porte depuis 6 ans : le « Trust » (cf. « Affinity »). Elle pense que c’est ce groupe qui a saboté son jet. Sam lui révèle que dans un monde, la révélation de la Porte a provoqué une guerre (cf. « Icon »), et qu’elle ne veut pas que cela arrive sur Terre. Mais il n’a toujours pas changé d’avis.

De retour sur Terre, Alec regarde un flash d’information révélant qu’il aurait monté cette histoire pour occulter les problèmes financiers de son groupe. Mais il ne comprend pas. Daniel lui révèle qu’il y a une heure, le Président a fait clôturer les marchés car l’action de sa société a perdu 80% et le Dow Jones plus de 500 points. Alec comprend alors qu’on l’a piégé.

De retour à son siège, avec Carter, Colson rejoint Brian. Ce dernier lui révèle qu’il a trafiqué les livres de compte de la société. Il révèle que le « Trust » l’a menacé. Colson prend alors conscience de la portée de ses actes. Brian lui explique qu’il avait faux : le monde n’est pas prêt pour de telles révélations. Colson décide de faire quelque chose pour faire tomber ce groupe. Sam lui dit que les militaires on déjà essayé, en vain.

De retour au SGC, Carter explique que Brian portera un micro sur lui pour pouvoir remonter jusqu’au « Trust », tout ça coordonné avec l’agent Barrett du NID. Brian sera placé sous surveillance rapproché, et sa famille bénéficiera du programme de protection. Jack espère que le secret sera à nouveau bien gardé. Mais il reçoit un coup de téléphone : Brian a été retrouvé pendu dans sa salle de bain.

Sam rejoint Alec Colson au siège de sa société. Il est assis sur un canapé, une arme à la main. Il lui confie qu’il se sent responsable de tout ce qui vient de se passer ces derniers jours, et qu’il ne veut pas finir sa vie en prison. Elle lui propose alors d’aller sur le site Alpha pour mettre ses talents d’ingénieurs au service de tous.

  • Une fois passé cette porte, on ne pourra plus faire machine arrière. Dit Brian

  • Oh je m'en rend compte Brian ! Mais je suis bien décidé. Répondit Alec.

  • Alec, il n'y a pas que ta crédibilité qui soit en jeu.

  • Non, ça c'est sûr. Ce sont les chefs des gouvernements des grandes puissances qui seront le plus embarrassés.

  • Pense à tous les gens qui travaillent pour ta société... Et à tes actionnaires.

  • Mais j'y pense. Ils ont le droit de connaître la vérité. Eux et le reste du monde d'ailleurs. Crois moi, c'est la meilleure chose à faire. Termine Alec, alors que les portes de l'ascenseur se referme.

 

Brouhaha de voix

  • Bonjour Alec.

  • Bonjour Ted.

  • Monsieur, bonjour.

  • Bonjour à tous ! Merci d'être venus ! Comme vous le savez, il y a cinq mois, notre planète à connu une terrible tragédie. Plus de 2000 soldats américains et une centaine de civils ont perdu la vie lorsqu'une pluie de météorites à perturbé les communications terrestres avant de s’abattre sur une escadre de la marine qui effectuait des manœuvres au milieu du Pacifique. Je vous ai convoqué aujourd'hui, pour contester la version officielle que le gouvernement de ce pays à fourni au grand public. Le jour où cet incident à eu lieu, aucun de nos satellites n'a détecté une pluie d'astéroïdes.

 

Dans le bureau de Daniel alors qu'il regarde la suite du discours à la télévision.

  • Qu'est-ce que vous regardez ?! Lance Sam en entrant dans le bureau.

  • Chut ! Répond Daniel avec un doigt sur la bouche.

  • J'ignore exactement combien de gouvernements sont au courant, mais ce dont je suis sûr c'est qu'on nous ment quant à la véritable cause de la mort de nos compatriotes.

  • Oh ! Gémit Sam.

  • Mesdames et Messieurs, je sais qu'il y a de la vie sur d'autres planètes que la notre. Les extraterrestres existent et il est évident que leurs capacités technologiques dépassent de beaucoup les notre. Et j'affirme également qu'ils interviennent dans les affaires de notre monde depuis un certain temps. J'en ai la preuve. Je m'adresse à présent au gouvernement des grandes puissances qui sont au courant de ses faits. Je vous laisse 24h pour révéler la vérité, sans quoi je le ferais moi même. Merci.

  • Monsieur ! S'il vous plait ! S'exclament diverses voix.

  • Bon... Dit Daniel. On est cuit.

 

Générique.

 

Sam, Daniel et Teal'c regarde les actualités à la télévision.

  • Pour ceux d'entre vous qui n'aurez pas lu la presse depuis 20 ans, Alec Colson, 42 ans, fortune personnelle 60 milliards de dollars, est le patron d'un empire mondial spécialisé en télécommunications, biotechnologies, aérospatiale et aviation. Il est au 8ème rang sur la liste des hommes les plus riches du monde. Il a personnellement déposé plus de 200 brevets...

  • Éteignez moi cette télé ! Lance O'Neill en sortant des escaliers.

Le colonel éteint la télé.

  • On connait tous ce type. Certains ont même travaillé avec lui.

  • Ça n'a pas duré longtemps mon général. Se justifie Sam. Colson aviation a développé le système des moteurs du F-302. Évidemment il ignorait à quoi cela devait servir mais, c'est l'ingénieur le plus doué que je connaisse.

  • Et c'est aussi un inconscient non ? Demande le général.

  • Pourquoi dites vous ça, vous avez été pilote d'essais aussi non ? Demanda Sam.

  • On a tous fait pire... Reprend Daniel.

  • Le sujet ça n'est pas nous. Dit Jack. C'est Colson.

  • Mais ça nous concerne tous. Justifie Daniel.

  • Ce n'est pas un gourou dérangé qui prétend avoir vu des aliens. Essaye Sam. Beaucoup de gens le prennent au sérieux.

  • Alors, d'après vous, il sait quoi ? Demande O'Neill.

  • Il possède plusieurs satellites météo et d'observation. Ils ont pu détecter quelque chose... Je ne sais pas heu... Ou la flotte d'Anubis arrivant en orbite ou la bataille au dessus de l'Antarctique. Explique Sam.

  • On aurait dû s'en préoccuper avant. Lance Daniel.

  • Le Pentagone lui a déjà rappelé de ne pas mettre en danger la sécurité du pays, et apparemment, il a reçu un coup de fil du président. Contra Jack.

  • Pourquoi ne pas lui dire toute la vérité ? Demanda Teal'c.

  • Nos psychologues le déconseille, il le décrive comme... Trop instable. Explique Sam.

  • Pour une fois, ils n'ont pas tord. Dit Jack.

  • Son père était journaliste, il a été envoyé en prison par les tribunaux de Mac Carti. Ajoute Daniel. D'où son attachement à la liberté de la presse et aux droits de la population à savoir ce que fait son gouvernement.

  • Mais... Révéler des renseignements top secret c'est de la trahison. Dit Sam.

  • Tachez de le convaincre de ne pas organiser cette conférence de presse. Répond Jack.

  • Mais... Sans lui donner d'informations ? Demande Daniel.

  • Exactement ! Lance Jack en partant dans son bureau.

 

  • Toutes les chaînes de télévisions, les stations de radios nationales, tous les journaux d'informations sérieux et la presse à scandale se paient notre tête depuis hier.

  • Brian ! Coupe Alec. Calme toi !

  • Nos actions ont plongé de près de 25%. On a trop réduit nos marges pour obtenir les derniers contrats et c'est la valeur de nos actions qui sert de garantie à nos créditeurs. Et je te rappelle que l'état est notre plus gros client. S'il nous lâche, on va devoir vendre...

  • Tous ça n'a aucune importance Brian ! Coupe Alec. On a l'information du siècle.

  • Tout ce que je te demande, c'est de remettre les pieds sur terre Alec.

  • Oui. Par contre, toi et le reste du monde allait devoir apprendre à lever un peu le nez vers l'espace comme je le fais.

  • Et si le monde n'était pas prêt ? Peut-être que Washington a raison et qu'il vaut mieux garder ça pour nous.

  • Fais moi confiance, toutes les vérités sont bonnes à dire.

  • On vient de causer une panique au niveau planétaire, il faut t'arrêter avant de provoquer un chaos total.

  • Alec ? Ils sont là. Demande

  • Parfait ! Faites les entrer. Ça va bien se passer. Souffle-t-il à Brian en mettant son verre de whisky dans sa main. Lieutenant colonel ! Dit-il en tendant la main.

  • Alec !

  • Toujours aussi séduisante.

  • Daniel Jackson. Dit l'archéologue en tendant la main.

  • Enchanté. Je suis votre plus grand fan.

  • C'est vrai ?

  • Ouai ! Je vous suit depuis le début de votre carrière. Les pyramides qui servent de pistes d'atterrissage aux aliens. C'est fascinant !

  • Oui... Tout ça, ça commence à dater un peu.

  • Effectivement ! Qu'avez vous fait depuis ce temps là ? On entend plus parler de vous ?

  • Non, mais je m'occupe.

  • Ah... Oh pardonnez moi, je vous présente Brian Vogler.

  • Merci de nous recevoir si vite. Dit Sam.

  • Mais je vous en prie, venez. Répond Alec en montrant la direction. Pourquoi ne pas commencer par un point sur lequel nous sommes tous d'accord ? Hum ? Cette pluie de météorites n'a jamais eu lieue ? C'est une excuse pitoyable pour cacher la vérité. Quoi que dans un cas aussi exceptionnel, je crois que je n'aurais jamais réussi à trouver mieux comme bobard.

  • Qu'est-ce qui vous fait croire ça ? Demanda Sam.

 

Alec montre les photos à la télé.

  • Oh ! Je me disais qu'il doit être à nous celui là. S'exclame Alec.

  • Nous avons perdu le contact avec plus de 12 télécommunications et satellites météo pendant plus de 6h ce jour là. Quand on en a reprit le contrôle, on a pu récupérer ses images dans leur mémoire tampon. Explique Brian.

  • Elles pourraient facilement être fausses. Répond Sam.

  • Ou être présentées comme fausses. Contre Alec. Je connais la raison de votre visite Sam. Le Pentagone veut me prévenir que des personnes comme vous, vont essayer de me faire passer pour un menteur.

  • Des personnes comme moi ?

  • Des gens extrêmement brillants. Boh ! Nous avons d'autres preuves, bien sur je suis loin d'avoir toutes les informations mais... J'ai le droit de savoir. Et le reste du monde aussi.

  • Il n'y a aucun moyen de vous faire réfléchir. Propose Sam.

  • Croyez moi, j'ai essayé. Répond Brian.

 

Sam et Daniel sortent du bureau d'Alec. Le téléphone du colonel sonne.

  • Carter.

  • Sam ? C'est Julia Donovan.

  • Comment avez vous eu ce numéro ?

  • J'ai mes sources. Une de nos équipes vous a vu entrer avec un jeune homme au siège de Colson Industrie à Seattle, il y a tout juste une heure. J'ai vu les images.

  • Et ?

  • Et je me demandais si vous aviez une réaction à tout ça.

  • Oui... Je vous trouve très avide de sensationnel.

  • Soyons sérieuse Sam. Colson va révéler tous vos petits secrets. Vous espérez que Washington étouffera l'affaire ?

  • On verra bien. Quoi qu'il en soit je vous rappelle que vous avez signer un accord de non divulgation. C'est la journaliste qui était à bord du Prométhée. Se justifie Sam à Daniel en montant dans sa voiture.

  • Colson n'a pas peur d'aller en prison lui... Répondit Julia.

  • Pour l'instant il n'a encore rien fait d'illégal. Dit Sam.

  • Nous avions un accord. Si vous décidiez de révéler se secret, vous deviez m'en parler avant les autres.

  • Je le ferais Julia. Dit-elle en raccrochant. Quelle plaie !

  • J'ai 13 messages de Meg Brightman sur ma boite vocale. Annonça Daniel.

 

  • Notre standard est saturé depuis l'annonce de la conférence de presse. Tous les illuminés du monde nous appelle.

  • Le service de sécurité vous protégerons vous et vos familles. Répondit Alec.

  • Vous pensez qu'on court un risque ?

  • Personne ne peut prévoir ce qui va se passer alors soyons prudent.

  • J'essaye de le convaincre qu'il n'est pas trop tard pour annuler. Se justifia Brian.

  • Mais si il est trop tard Brian. Parce qu'il y a longtemps que le monde devrait savoir que des extraterrestres ont voulu détruire la terre et ont failli réussir. Il est temps que les Américains apprennent que deux présidents successifs leurs ont menti quant à la place de l'humanité dans l'univers.

  • Alors vous allez vraiment tout révéler ?

  • J'espèrais que le gouvernement le ferait. Répondit Alec.

  • Ce qui est le plus surprenant c'est qu'il n'a pas essayé de nous faire taire par des voies légales. Ajouta Brian.

  • Ça prouverait qu'ils ont des choses à se reprocher. Non, il vont plutôt faire comme s'ils ne nous prenez pas au sérieux.

  • Mais nous sommes l'une des plus grosses sociétés au monde.

  • Et en plus nous sommes sincères.

  • Alec ! S'écrit Brian. Ils se moquent de notre sincérité ou de notre réputation. S'ils veulent vraiment nous faire taire, ils vont y arriver.

  • Tu dramatises Brian ! Qu'est-ce que tu veux qu'ils fassent ? Hum ? Ah ! Ils ne vont pas me tuer.

 

De retour au SGC ou SG1 regarde la télé dans la salle de briefing.

  • Alec Colson s'apprête à prendre la parole...

  • Il doit avoir des preuves plus frappantes que ses images d'hier ! S'indigna Sam.

  • J'ai passé en revue une partie des contrats signés entre l'armée et certaines filiales de Colson Industrie depuis plusieurs années. Il y en a plus d'un qui concerne la technologie ramenée par le porte des étoiles. Expliqua Daniel.

  • Rendons nous tout de suite à la conférence de presse. Annonce la voix de Julia à la télé.

  • Bonjour. Merci à tous d'être venus. Commence Alec.

  • 24h à la seconde près. Déclare Sam.

  • Je vous ai dit hier, avoir des preuves irréfutables de formes de vie existantes venue d'autres planètes. Je vous ai aussi dit être intimement persuadé que plusieurs gouvernements dont le notre le savait depuis longtemps et qu'ils ont tout mis en œuvre afin de dissimuler ses informations au public. Hier, j'ai donné une chance à ses gouvernements de dire la vérité. Et d'admettre les faits. Ils ont préféré m'ignorer. C'est pourquoi, je n'ai plus d'autres choix que de vous présenter sans plus attendre, les preuves de ce que j'affirme. Comment puis-je être aussi sûre que les extraterrestres existent ? C'est très simple. Voyez vous même. Dit Colson en montrant d'un signe de la main où regarder.

Exclamations de surprise parmi la foule de journalistes.

 

  • Et moi qui croyait que c'était du bluff. Grogna O'Neill.

Sam et Daniel sont surprit de voir Thor à la télé.

 

  • Depuis hier le monde entier est sous le choc, après avoir vu ce qui semblerait être un véritable extraterrestre, présenté par le riche industriel Alec Colson. La maison Blanche refuse toujours de commenter l'évènement et selon une source interne à Colson Industrie, de plus fantastiques révélations sont encore à venir. Annonce la voix de Julia à la télé.

  • Très bien, merci sergent. Répond Sam au téléphone. On vient à l'instant de recevoir une réponse de Thor. D'après lui, il n'y a aucune Asgard sur terre en ce moment.

  • Mais Loki a mener pendant plusieurs années des expériences chez nous sans que les autres l'apprennent. Contra Daniel.

  • Daniel, réfléchissez une minute. Si ça se trouve, ce n'était pas vraiment un Asgard.

  • Il en avait la tête.

  • Il n'en avait pas la voix.

  • Mais il n'a rien dit.

  • Exactement. Colson a vite abrégé la conférence de presse sans répondre aux questions.

  • Ça ressemblait beaucoup à un Asgard quand même.

  • Je sais, mais ça fait des années qu'on parle de petits hommes gris sur Terre. Non ? Colson a peut-être trouvé une photo ou une description réelle.

  • Donc c'est pas un vrai Asgard ?

  • Aucun d'eux n'accepterait de jouer les bêtes de foire devant les caméras.

  • Il avait le regard vide...

  • Sauf que... Si Colson est prêt à tout pour savoir la vérité, ce n'est pas le genre d'homme à faire des canulars.

  • Alors c'était quoi cette chose ?

  • Aucune idée...

 

Dans l'entreprise de Colson.

  • Toutes les chaînes veulent l'interviewer. Dit Brian.

  • Dommage que notre petit ami soit muet. Répondit Alec.

  • Pourtant, il doit pouvoir parler, les IRM montrent qu'il possède un larynx assez similaire au notre... Mais peut-être qu'il n'a rien à dire.

  • Tout le monde nous demande de laisser une équipe médicale indépendante l'étudier pour vérifier qu'il s'agit bien de ce que l'on prétend.

  • Comment voulez vous prouver l’existence d'une intelligence extraterrestre avec une créature qui n'en a pas.

  • On ne peut pas ce contenter de montrer ce petit bonhomme à la télévision sans preuves de ce qu'on avance. S'indigna Brian. C'est vrai que c'est une passionnante expérience génétique, mais en fin de compte, on n'est pas sûre qu'il s'agisse réellement d'un extraterrestre.

  • Que veux tu que se soit d'autre ? Demanda Alec.

  • Tout ce qu'on sait, c'est que son ADN venait du ministère de la défense.

  • Écoutez, notre but, c'est de constituer un dossier aussi solide que possible. Plus on montrera de preuves embarrassantes, plus le gouvernement se sentira obligé de réagir ! Ils vont bien finir par devoir répondre aux questions de la population. Maintenant, on a plus rien à faire, les médias sont hystériques depuis la conférence de presse, alors on se calme, on respire, et on attend de voir ce qui se passe. Conforta Alec.

 

Au SGC, dans la salle de briefing.

  • Sam avait raison. L'Asgard de Colson n'est peut-être pas un vrai. Dit Daniel en entrant dans la salle et déposant le dossier devant O'Neill. Apparemment, un labo de biotechnologique appartenant à Colson s'est vu confier un fragment d'ADN Asgard pour le séquencer.

  • Nous voulions aider Thor à améliorer leur clonage reproductif. Expliqua Sam.

  • Colson s'est fabriqué un clone ? Demanda O'Neill.

  • Ils ignoraient d'où venait cet ADN, tous nos labos travaillent en aveugles, mais on dirait qu'ils ont poussé les recherches au delà de ce que le contrat stipulait. Expliqua Daniel.

  • L'ADN Asgard est programmé pour que le clone Asgard arrive à maturité en quelques mois... Mais le corps qu'on obtient n'est qu'une coquille vide jusqu'à qu'on y transfert un nouvel esprit. Renchérit Sam.

  • S'il n'a pas parlé, c'est parce qu'il en est incapable. Argua Teal'c.

  • Exactement. Et, ça n'a pas dû être facile de lui apprendre à se tenir debout. Termina Sam.

  • Bon... Le Pentagone refuse que cette comédie continue. Dit Jack.

  • Ils vont faire quoi ? Demanda Daniel.

  • Ils veulent qu'ont prennent des mesures... Répondit Jack.

  • Lesquelles ? Demanda Sam de nouveau.

  • J'ai demandé l'aide d'un spécialiste. Expliqua O'Neill.

 

L'équipe se regarde n'ayant pas de réponse concrète. O'Neill regarde sa montre.

  • Mouai... Un très grand spécialiste. Dit-il en se retournant dans son siège.

 

Thor apparaît.

  • Salutations.

  • Ah ! Dit O'Neill en le désignant de la main.

 

Chez Colson Industrie.

  • Alec ! Il n'y a plus rien.

  • Je vous demande pardon ?

  • Tout a disparu du laboratoire. L'extraterrestre et les bandes de données, envolées !

  • Et nos caméras de sécurité n'ont pas...

  • Ce n'est pas un vol ! Coupa la jeune femme. Ça a disparu Alec. J'ai tout vu, il y a eu une lumière aveuglante et puis plus rien. La pièce était vide.

  • Très bien. Dîtes à Brian de me rejoindre immédiatement à la voiture et faites préparer mon jet, je pars pour Washington.

 

Sur le plateau de télé de Julia Donovan

  • Vous êtes prête ? Demanda Julia.

  • Pas vraiment. Répondit Sam.

  • Oubliez la caméra, faites comme si vous me parliez à moi.

  • Je n'ai pas le trac. Mais je respecte Alec Colson. Et ça m'ennuie de devoir discréditer un homme qui veut seulement la vérité.

  • Mais on vous a ordonner de le faire...

  • Moui...

  • Si vous préférez tout révéler, il ne faut pas hésiter. Moi je vous suis.

  • Antenne dans 5, 4, 3, 2... Dit la voix d'un homme.

  • Nous recevons le lieutenant colonel Samantha Carter de l'armée de l'Air des États Unis. Reprit Julia. Bienvenue.

  • Merci.

  • Vous avez un doctorat d'astrophysique et faites partie des scientifiques militaires les plus brillants. Nous sommes tous très impatient d'avoir une réaction officielle à la conférence de presse donnée hier par M. Colson.

  • Avant tout, je tiens à dire au grand public que si des extraterrestres comme celui là existaient et qu'ils visitaient notre planète... Heu... Nous serions au courant.

  • Alors vous voulez dire que M. Colson a mentit ? Pourtant, nous avons tous vus cette créature en direct hier... ?

  • Oui, mais c'est loin d'être la première fois que la télévision nous montre ce genre de choses.

 

Dans la voiture de Colson.

  • Donc selon vous, cet extraterrestre n'est pas réel.

  • Tout dépend de ce que vous entendez par réel.

  • Tu remarqueras qu'elle ne dit que la vérité. Dit Alec.

  • Moi aussi je peux vous montrer de nouvelles méthodes de projections d'images en trois dimensions extrêmement réalistes. Expliqua Sam.

  • Avec plaisir. Continua Julia.

  • Nous avons développer une technologie qui permet de faire apparaître presque tout ce que vous pouvez imaginer. Mais regardez.

Un Asgard apparaît.

  • Incroyable. Souffle Julia Donovan. Il ressemble trait pour trait à la créature qu'Alec Colson a montré hier.

  • Je vous salut peuple de la terre. Présente Thor.

  • Il a l'air tellement réel, on s'y tromperait.

  • Je semble bien réel, mais je ne vous apparaît que par la magie de la technologie holographique.

  • Je n'ai jamais rien vu de pareil.

  • Ce n'est qu'une projection. Vous verrez surement ce genre de chose dans tous les parcs d'attraction d'ici quelques années. Termina Sam.

  • Oh ! Elle est douée ! Sourit Alec.

 

A la pause des actualités, sur le plateau télé.

  • Ce n'était pas le scoop que j'espérais, mais l'audience sera quand même bonne. Dit Julia.

  • Oh c'est dingue ça ! Après tout ce que vous avez vécu, vous ne pensez encore qu'à l'audience ? S'insurgea Sam.

  • C'est quoi le truc ? J'ai déjà vu des effets spéciaux réussis, mais je paris que ça, ce n'était pas... Ce n'était pas une technologie terrienne n'est-ce pas ?

Une journaliste amène un rapport à Julia Donovan. Elle semble intriguée.

  • Qui a-t-il ? Demanda Sam.

  • Le jet privé d'Alec Colson a été obligé de se poser en catastrophe il y a 10 minutes à cause d'un problème mécanique survenu juste après le décollage. Bien qu'ayant subit une dépressurisation totale et une avarie des moteurs, l'appareil a pu se poser sans encombre. Excusez moi Sam, on va faire un flash spécial. Préparez moi un sujet sur la femme et la fille de Colson. Elles sont mortes dans un accident d'avion quand il avait 24 ans. C'est pour ça qu'il a créé sa propre compagnie. Au travail.

Le téléphone de Carter sonne.

  • Carter ?

  • Sam ? Ici Alec Colson.

  • Vous allez bien ?

  • Les nouvelles vont vites dîtes donc... On a eu chaud. Brian en tremble encore.

  • Où avez vous eu ce numéro ?

  • Oh ! J'ai mes sources... Selon les mécaniciens, quelqu'un aurait saboté les moteurs de mon avion.

  • Quelqu'un a voulu vous tuer ?

  • Je me demande bien qui ? Vous avez une idée ?

  • Vous croyez que je suis au courant ? Pourquoi je ferais l'effort de démolir votre théorie si je pensais me débarrasser de vous de cette façon... ?

  • Pour prétendre comme vous le faites que l'état n'y ai pour rien. D'ailleurs pendant que j'y suis, bravo pour votre prestation télévisée.

  • J’obéissais aux ordres, je suis désolée.

  • Oh, je comprends. Rassurez vous Sam, je sais que vous n'avez rien à voir avec l'accident. Si c'est un coup du gouvernement, vous ne deviez être qu'un pion.

  • Je ne suis pas fière de moi pour autant. Écoutez Alec, je vous assure que...

  • Oh ne vous en faites pas. Ce n'était pas mon premier atterrissage manqué et ce ne sera pas le dernier. Seulement, je ne renonce pas Sam. Je vous promet que d'une manière ou d'une autre, le monde connaitra la vérité.

 

Bureau du général O'Neill, Cheynne Mountain.

  • Une hyper propulsion pour le Prométhée. Annonça Jack.

  • Il faudrait d'abord que j'en discute avec le haut conseil. Répondit Thor.

  • Oh je vous en prie ! Vous disiez que vous vouliez faire un beau cadeau au président.

Le colonel Carter arrive dans le bureau.

  • Carter ?

  • Est-ce que vous sauriez qui a pu tenter de tuer Colson ?

  • Heu... C'est pas nous.

  • Nous pensons qu'il a pu essayer de récupérer des morceaux après la bataille au dessus du Pôle Sud. Répliqua Daniel. Une de ses filiales a participer au nettoyage de la zone.

  • On ne va pas s'en prendre à nouveau à sa crédibilité ? Demanda le colonel. C'est peut-être nous qui nous faisons des idées en pensant qu'on peut cacher une bataille de cette envergure.

  • Vous avez une autre idée ? Rétorqua le général O'Neill.

  • Pourquoi ne pas dire la vérité ? Demanda Sam. A Colson, pas aux médias, je sais que les psys pensent qu'il risque de ne pas garder le secret et vu le coup qu'il vient de faire, c'est très possible, mais de toute façon on a rien à perdre. Puisqu'il menace de révéler ce qu'il sait, montrons lui pourquoi, il est préférable de ne pas le faire. De plus, on a tout à gagner à avoir un homme aussi puissant de notre côté.

  • On verra... Répondit le général O'Neill. Thor et moi devons voir le président dans 5 minutes. On lui en parlera.

  • Dans 5 minutes ? Demanda Sam dubitative.

  • He oui.

O'Neill et Thor s'évapore en lumière.

  • Je vois...

 

Bureau de Colson.

  • A 14h, on passe à la télévision. Les images, les fragments de vaisseaux, on va montrer tout ce qu'on a.

  • Alec ! Ils ont essayé de nous tuer je te signale ! Répliqua Brian.

  • Justement, ça ne peut que tourner à notre avantage.

  • Mourir n'est jamais à l'avantage de personne !!

Alec disparaît en lumière.

 

Base de Cheyenne Mountain, salle de briefing.

  • Oh ! Lance Alec. Wow ! Qu'est-ce qui s'est passé ?

  • Vous venez d'être téléporté à bord d'un vaisseau, puis renvoyé sur Terre dans la foulée. Expliqua Daniel.

  • Et où sommes nous ?

  • Dans la base de Cheyenne Mountain, Colorado. Vous connaissez déjà Daniel Jackson. Présenta Sam.

  • Ouai... Bonjour.

  • Et... Voici Thor.

  • Je vous salut.

  • Et lui, c'est un vrai je suppose ?

  • A 100%.

  • Qu'est-ce qui est arrivé à notre clone ?

  • Il servira d'hôte à l'esprit d'un Asgard dont l'enveloppe corporelle est trop ancienne. Expliqua Thor.

  • Je vois.

  • Je dois à présent prendre congés, le général O'Neill a dit qu'il vous verrez tous demain.

Thor s'évapore.

  • Oh ça alors !

  • J'ai quelque chose à vous montrer. Annonce Carter.

Sam ouvre le rideau de faire de la salle de briefing.

  • C'est la porte des étoiles. Explique-t-elle.

 

  • Calme toi Brian. Répondit Alec au téléphone. Tout va bien. Oui, oui, je t'assures. Je rentre dans deux ou trois jours.

On frappe à la porte des quartiers des invités.

  • Ah, il faut que je te laisse. Ouai... A bientôt.

  • Vous êtes prêt ? Demanda le colonel Carter en entrant dans les quartiers.

  • Ah ! Oh.... ! Quelle allure !

  • Ouai ! JI Sam !

  • Hé ! J'ai le droit à un uniforme moi aussi ?

  • Oui.

  • Super !

 

Salle de la porte des étoiles. La porte s'ouvre sous un élan de surprise d'Alec.

  • Alors, où est-ce qu'on va ?

  • Sur P4X-650, on a une base sur cette planète. Expliqua Sam.

  • Et, ça se trouve où ça ?

  • A 640 années lumières de la terre.

  • C'est vrai ?

  • Venez.

Ils franchissent le vortex.

 

Dans la base de P4X-650.

  • Oh ! On ne sent presque rien... Dit Alec.

  • Il y a eu déstructuration moléculaire. Expliqua Sam.

  • Soyez les bienvenus sur le site Alpha.

  • Alec Colson, le capitaine Shefield.

  • Bravo... C'est euh... Très joli.

  • Notre site alpha précédent a été détruit. Expliqua Sam. On a creusé celui-ci dans une montagne comme le SGC sur Terre.

  • Les conditions de vie sont spartiates, mais s'y sent comme chez nous. Ajouta le capitaine.

  • Oh... Je m'attendais seulement à quelque chose... Heu... D'un peu plus... Heu... Extraterrestre.

Sam et Alec ouvre une salle.

  • Oh ! Là, je suis gâté. C'est ce que j'espérais voir.

  • C'est un F-302, un hybride de technologie humaine et extraterrestre.

  • C'est à ça que servait les pièces qu'on vous a fourni ?

  • Oui, et grâce à votre excellent travail, il peut voler dans l'atmosphère et dans l'espace. Ses appareils ont servi à protéger la terre il y a 5 mois. C'est l'une des nombreuses prouesses technologiques qui découlent du programme Porte des Étoiles. On va faire un tour ?

 

Dans l'entreprise de Colson.

  • Brian ? Qu'est-ce que vous faites ?

  • Alec veut que toutes nos preuves de l'existence des extraterrestre soient copiées et stockées en lieux sûrs. Occupez vous de ce qui reste du laboratoire de clonage.

  • Très bien.

Le téléphone de Brian sonne.

  • Voegler... Je vous l'ai dit, je ne sais pas où il est... J'ai rendez-vous à la commission de contrôle de la bourse... Oui, je sais... Faites moi confiance... Ça va marcher.

 

Le F-302 décolle.

  • Formidable ! S'exclame Alec.

  • Oui.

  • Ça ne doit pas être facile tous les jours de garder un tel secret... Comment vous faites ?

  • Je pense à la panique générale que la vérité risque de provoquer.

  • Ah oui ! Mais pensez aussi aux onces que cela pourrait apporter à nos vies ! Si les gens savaient que toutes ses merveilles existent !

  • Il n'y a pas que des merveilles. Ont s'est découvert un ennemi si puissant que c'est un miracle qu'on n'ai pas encore été détruit ou réduit en esclavage. Jusqu'ici, on a eu de la chance. Je pense que la plupart des gens ne supporteraient pas de vivre avec cette épée de Damoclès.

  • Oh oui ! C'est toujours le même argument ! Si vous aviez le cancer, voudriez vous qu'on vous le dise ! Ou préféreriez vous vivre vos dernier jours dans une béate ignorance ?

  • Oui, c'est vrai que ce n'est pas très convainquant.

  • Eh bien moi je voudrais savoir. J'essayerais de me soigner, ou si ce n'est pas possible, je m'arrangerais pour que mes derniers jours soient les plus importants dans ma vie.

  • Vous voulez le piloter ?

  • Je croyais que j'allais être obligé de vous le demander.

  • Je passe les commandes. Allez y, l'oiseau est à vous. Alors, qu'est-ce que vous en pensez ?

  • C'est incroyable ! Il se manœuvre comme un avion de chasse. Il a la stabilité d'un 747.

  • C'est grâce au compensateur inertiels.

  • Très bien ! On va essayer un truc.

  • Alec ? Alec remontez !

  • F-302, ici site Alpha. Est-ce que tout va bien ?

  • Oui, je contrôle la situation. On rentre à la base.

 

A la base Alpha.

  • C'est bon, vous êtes fier de vous ?

  • Oh j'avais confiance dans notre oiseau. Je le connais. Après tout, même si j'ignorais son petit nom, je vous ai aidé à le fabriquer.

  • Je voulais vous faire plaisir. Vous avez eu droit à un tour de manège.

  • Mais je suis d'autant plus inquiet maintenant. Je ne sais pas l'ampleur du mensonge. Vous jouez avec nos vies, c'est la planète qui est en jeu.

  • Merci, je le sais.

  • Vous n'avez pas apprécié de perdre le contrôle n'est pas Sam ?

  • Vous avez risqué ma vie pour tenter de prouver que vous aviez raison !

  • Oh vous dramatisez, on ne s'est pas écrasés ! Contrairement à mon jet hier.

  • Je vous ai dit que l'armée n'avait rien à voir la dedans.

  • Quelqu'un a essayé de me tuer et si vous croyez que ce sont des menaces ou... Ou euh... Une petite visite guidée qui vont m'empêcher de révéler ce que tout le monde à le droit de savoir, vous me connaissez mal.

 

A la porte des étoiles de la planète Alpha.

  • Alec, j'ai quelque chose d'autre à vous dire. Annonça Sam. Nous luttons aussi contre un groupe clandestin d'homme d'affaires qui a été informé de l'existence de la porte des étoiles il y a 6 ans par des agents du NID. On a essayé de les identifier et de démanteler leur réseau, mais ils ont des amis hauts placés. L'ancien vice président Kinsey était de mèche avec eux. Au lieu de vouloir tout révéler au public comme vous, ils cherchent plutôt à organiser diverses opérations visant à s'emparer de technologies extraterrestres et ce à n'importe quel prix.

  • Que veulent-t-ils ?

  • C'est à eux qu'il faudrait le demander. Ils espèrent peut-être faire du profit, ou bien ils croient qu'ils pourront protéger la terre mieux que nous ne le faisons.

  • Pourquoi vous me racontez tout ça ?

  • Parce que je pense que ce sont eux qui ont voulu vous tuer. Ils savent qu'ils n'auront jamais le contrôle de la porte si vous révélez tout.

  • Quand j'étais jeune, je ne rêvais que d'une chose, c'était de pouvoir voler. D'ailleurs, vous auriez vu le plafond de ma chambre, il y avait des maquettes qui pendaient de partout. Ensuite, vous savez ce qui est arrivé à ma femme et ma fille. C'est l'un des inconvénients de la célébrité. Tout le monde connait vos moindre secrets. Enfin... Après leur accident, j'ai fait le serment de construire les avions les plus sûrs possible. J'étais persuadé que je ferais mieux que tout le monde.

  • C'est effectivement le cas.

  • Mais rien n'est jamais parfait.

  • Non.

  • Des voyages intergalactiques, des civilisations extraterrestres, des humains habitant d'autres planètes... Même si on a également des ennemis monstrueux, tout ça est fantastique !

  • Vous n'imaginez pas le danger qui nous menace.

  • Mais c'est aussi une chance. Il faut avoir un peu foi en l'humanité. Une menace de cette ampleur, ça pourrait peut-être unir toute la planète.

  • Si on pouvait être sûr que ça se passerait aussi bien, alors...

  • Vous avez peur que les humains ne se déchirent encore plus s'ils découvrent la porte des étoiles ?

  • Moui... Ça pourrait nous empêcher de combattre les Goa'uld ou pire, entraîner une guerre. On l'a vu sur d'autres mondes qui ressemblaient au notre. Cette révélation a provoqué une guerre qui a failli détruire toute une planète, il n'y a pas si longtemps.

  • Roh ! Se serait vraiment le comble de l'ironie ! Vous sauvez secrètement le monde des extraterrestres qui voulaient le détruire et nous, qu'est-ce qu'on fait en apprenant cette bonne nouvelle ? On fait tout sauter.

  • Vous changez d'avis alors ?

  • Toujours pas. Ça ne se passera pas comme ça. Et de toute manière, si fasse à une information de cette importance, qui bouleverse les fondements même de notre existence, nous ne pensions qu'à nous taper dessus, alors je dirais que l'on mérite d'être détruit, pas vous ?

 

De retour au SGC, Daniel regarde la télé en salle de briefing.

  • Les experts financiers pensent aujourd'hui qu'Alec Colson a inventé ce canular afin de créer un écran de fumée pour dissimuler ses problèmes financiers. Raconte Julia. Colson n'a toujours pas refait surface, ni commenté...

Alec et Sam arrivent à leur tour.

  • Comment ça financier ! Mais c'est un mensonge ! C'est quoi cette histoire de fou ?

  • Les journaux de parlent plus que de vous. Explique Daniel. Le président à dû faire fermer la bourse. Les actions de vos cécités ont plongé de 80% l'obédience lui même à perdu plus de 500 points.

  • Comment ça se fait ? Demanda Sam.

  • La commission de contrôle boursière vous accuse de fraude.

  • C'est totalement ridicule.

  • Il y a des incohérences dans les deux derniers bilans de Colson Entreprise.

  • Quelqu'un cherche encore à me faire du tord... Ça me paraît évident. On veut me faire taire. Ça ne peut être qu'un coup monté.

 

Bureau de Colson.

  • Qu'est-ce qu'elle fait ici ? Demande Brian.

  • Sam veut nous aider Brian. Répondit Alec.

  • Et comment ? Elle a une machine à remonter le temps qui nous permettrais de changer ce qu'il s'est passé ?

  • Brian, comment en est-on arrivé là ?

  • Tu n'en a fait qu'à ta tête ! Tu as refusé de m'écouter !

  • Tu avoues être responsable de cette fraude ?

  • Oh ! Toi tu joues les aventuriers, tu ne penses qu'à piloter, tu passes bien au bureau de temps en temps avec une nouvelle idée un peu folle. Tu te comportes comme quand on était jeune. Tu as des idées mais aucune patience pour les réaliser. Et c'est toujours à moi de te sortir du pétrin où tu te fous !

  • Ce n'est pas une raison pour trafiquer les bilans !

  • Je n'avais pas le choix. Il fallait bien faire quelque chose. Je t'avais dit que nos actifs étaient trop faibles, et qu'on ne tenait que grâce au prix de nos actions. Tu ne m'as pas écouté.

  • Non, tu n'aurais pas fait ça.

  • Alec, s'est fini. J'ai vu les autorités boursières hier.

  • Mais... Mais pourquoi est-ce que tu as fait ça ? Pourquoi tu nous coule au moment ou on allait révéler la vérité au monde !

  • Parce que moi aussi j'ai failli mourir dans cet avion ! Moi j'ai encore une famille. Ils ont voulu nous tuer.

  • Qui a voulu nous tuer ?

  • Tu croyais vraiment qu'il te laisserait révéler un secret aussi important ?

  • Brian tu parles de qui ?!

  • Ils s'appellent la confrérie. Tout ce que je sais, c'est qu'ils sont très puissants. Oh ! Et qu'à leurs yeux, Washington ne protège pas suffisamment bien la planète et ne fait même qu'aggraver les problèmes et qu'ils pensent qu'ils ont le devoir d'intervenir.

  • Peut-être qu'on peut réagir.

  • C'est trop tard, tout est finit. Il n'y a plus rien à faire.

  • On va aller en prison tous les deux.

  • Oui, mais ma famille n'aura plus rien à craindre.

  • Tu as pensé à tous les employés de mes sociétés qui vont fermées ?! Ils ont des familles eux aussi !

  • C'est avant ta conférence de presse qu'il fallait penser à eux !

  • Et comment l'ont-ils su ? Demanda Sam. Oui, j'aimerais savoir comment la confrérie a su que vous aviez trafiqué les comptes et qu'il y avait assez de preuves pour vous faire plonger tous les deux...

  • Il y a longtemps qu'il te menace c'est ça ?

  • Alec, ils savaient ce que tu avais découvert. Ne me demande pas comment. Ils se sont arrangés pour pouvoir te faire taire en cas de besoin. Tu as eu tord Alec. Même si c'est la vérité. Il ne faut pas que ça se sache. Le monde n'est pas prêt.

  • Il y a surement un moyen de se défendre !

  • Vous avez signé de faux bilans, il n'y a rien à faire ! Contra Sam.

  • Je me fiche de la prison ! Je vous parle de ce qui veulent nous tuer.

  • Vous êtes loin d'être les premiers qu'ils veulent tuer. Ils agissent au mépris des lois depuis 6 ans. Expliqua Sam.

  • Alors il est temps de les arrêter.

  • Mais on a essayé, à plusieurs reprises.

  • Et bien on a plus qu'à essayer à nouveau.

 

Base de Cheyenne Mountain, au sortir de l'ascenseur.

  • Colson a convaincu Voegler de prendre rendez-vous avec son contact et de porter un micro. On espère obtenir assez d'informations liées au NID pour faire tomber une partie du réseau. Commença Sam. On travaille avec l'agent Bareth.

  • Ça devrait au moins restaurer l'image de Colson. Indiqua Daniel.

  • Surtout si après on découvre que la personne qui tiens les ficelles de toute l'opération est un concurrent direct d'Alec Colson. Si on ne peut pas prouver qu'il y a eu manipulation, la parole de Brian Voegler ne suffira jamais à sauver ce qui reste de réputation à l'entreprise.

  • Ne craigniez vous pas qu'on cherche à le tuer ? Demanda Teal'c à présent assis dans le bureau du Général.

  • Voegler est protégé et sa famille a été mise à l'abri par les fédéraux.

  • Bon... Alors notre secret est à nouveau... Secret ? Demanda O'Neill.

  • Pour l'instant. Acquiesça Daniel.

 

Le téléphone du général sonne.

  • O'Neill.

  • Colson n'a pas dit son dernier mot. Commença Sam. Il faudra faire attention. Il est toujours persuadé que le monde doit connaître la vérité.

  • Très bien. Dit O'Neill... Merci. On a retrouvé Brian Voegler mort il y a une heure. Dans sa chambre.

  • Quoi ? Questionna Sam. Qu'est-ce qui lui est arrivé ?

  • Et bien il s'est pendu.

 

Bureau de Colson. Alec joue avec un revolver.

  • Alec ? Demanda Sam.

 

Sam s'avance pour s'asseoir à côté de l'homme.

  • Toutes mes condoléances pour Brian.

  • Je l'ai tué. C'est comme si je lui avait mit ce revolver sur la tempe et que j'avais moi même tiré.

  • Personne ne pouvait le deviner.

  • Vous avez vu à quel point il avait peur ? Et la famille comptait plus que tout aux yeux de Brian. Il n'a pas eu le courage de s'opposer aux hommes qui menaçaient les siens.

  • Alec...

  • C'était mon plus vieil ami.

  • Mais il vous avait trahi.

  • Non ! C'est moi qui l'ai trahit pas le contraire.

  • Vous devriez poser cette arme.

  • Hmmf... Ma vie est fichue Sam. Tout ce en quoi j'ai cru, tout ce que j'ai construit. Tous mes idéaux.

  • Ils existent toujours Alec. Apparemment, le congrès compte renflouer vos sociétés. Vos employés n'ont pas trop de soucis à se faire.

  • Et moi j'irais en prison pour un crime dont je suis innocent ?!

  • A la base Alpha, vous avez dit que si un jour tout semblait perdu, vous profiteriez au maximum du temps qu'il vous reste. Je suis venue vous offrir cette chance.

  • Et que m'offrez vous ? On ne peut pas faire disparaître l'inculpation... Hum... C'est impossible.

  • Oui, mais vous par contre, on peut vous faire disparaître.

  • Encore un inconvénient de la célébrité. Je ne pourrais me cacher nul part sur terre.

  • Qui vous a parlé de la terre ?

  • Oh non ! Je ne peux pas vous laisser prendre ce risque.

  • Ne vous en faites pas, si je suis venue vous le proposer, c'est que mes supérieurs sont d'accord. Le président n'a rien à voir avec ce qu'il s'est passé... Mais, ça l'arrange que vous soyez publiquement discrédité. Pourquoi hésiter ? Vous devez m'accompagner. Nous avons besoin d'hommes comme vous. Vous devez accepter de perdre cette bataille.

Alec pose le pistolet sur le canapé.

  • Pour vous aider à gagner la guerre ?

Sam acquiesce.

  • (rire) Et le monde ne saura toujours rien.

  • Bienvenue dans mon univers.

[Transcriber's note: this is not as checked as I would like it to
be,
as my printer packed up and so I can't print it off and
proof-read it
a third and final time like I usually do. Hopefully there aren't
too
many errors!]

COLSON INDUSTRIES. Alec Colson and Brian Vogler are in Colson's
office, preparing to leave.
VOGLER: Once you walk through that door there's no turning back.
COLSON: Oh, I understand, Brian. I'm not having *any* doubts.
VOGLER: Alec, it is not just *your* credibility at stake here.
COLSON: You're right there. It's the leaders of the
democratic free
world who should be worried.
VOGLER: Think about the people who work for this company; the
shareholders.
COLSON: I *am*, Brian. They have a right to know the truth, as does
everybody else. Trust me – we're doing the right thing.

COLSON INDUSTRIES. In a large room, many reporters and cameras are
waiting. Colson and Vogler make their way through the crowd, Colson
greeting some of the reporters as he goes. He walks up onto a podium
and turns to face the microphones.
COLSON: Thank you all for coming. As you all know, about five months
ago our planet suffered a horrible tragedy. Over two thousand
American servicemen and women were killed when a meteor shower
disrupted global communications and hit a United States naval carrier
group on manoeuvres in the Pacific Ocean. I'm here today to
challenge the facts of that incident as they've been conveyed to
the
general public. (As the reporters murmur to each other, the view
shifts to Daniel's lab at the SGC, where Daniel is watching the
TV as
Colson is being broadcast live.) On the day in question, none of our
satellites detected a meteor shower.
(Sam walks in.)
CARTER: Hey, what's going on?
(Daniel turns and raises his finger to his lips, shushing her. Sam
leans on the desk and starts to watch the TV with him.)
COLSON: Now I don't know how many governments around the world
are in
on this, but I *do* know we are being lied to and the truth is being
covered up.
CARTER: Oh-oh.
COLSON: Ladies and gentlemen, there *is* life beyond our world.
There *are* aliens out there, and they have a technology *far* beyond
ours, and they have been intervening in our existence for quite some
time. (Sam and Daniel look at each other.) I have proof – and I
am
giving the governments of all the nations that are aware of this
twenty-four hours to reveal the truth ... or I'm gonna do it for
them. Thank you. (He leaves the podium as the reporters shout
questions at him.)
DANIEL: Well – there y'go. (He smiles ironically. He looks
round to
Sam who has her mouth open, then she blinks in disbelief.)

SGC. BRIEFING ROOM. The TV is on and Julia Donovan (the reporter
last seen in "Prometheus") is broadcasting from a studio.
Sam,
Daniel and Teal'c are watching.
DONOVAN: For those of you living on another planet for the past
twenty years, Alec Colson, age forty-two, net worth over sixty
billion dollars, runs a global empire of companies, including
communications, biotechnology, aerospace and aviation. He's
number
eight on the Fortune Five Hundred. He personally holds over two
hundred proprietary patents ...
(Jack comes up the stairs.)
O'NEILL: Shut it off. (Sam turns the TV off.) We know who he is

some of us better than others.
CARTER: We worked together briefly, sir. Colson Aviation developed
the multi-engine control systems for the F-302s. Colson didn't
know
what they were for, of course, but he *is* a brilliant engineer.
O'NEILL: He's also a little *nuts*, isn't he?
CARTER (shrugging): You've test-flown experimental aircraft.
DANIEL: We all go through the Gate.
O'NEILL: This isn't about us.
DANIEL: Well, in a way, it *is*.
CARTER: The point is, sir, he's not some loony cult leader.
People
are taking him seriously.
O'NEILL: So, what do we think he knows? (He opens a file and
looks
at a photograph inside of Colson in a flight suit.)
CARTER: He owns several Earth observer and weather satellites.
It's
possible they picked something up – pictures of Anubis' fleet
in
orbit, or the battle over Antarctica.
DANIEL: What I don't understand is how it could have come this
far.
O'NEILL (looking at another page in the file): He's gotten
the
National Security speech from the Pentagon several times. Apparently
the President has called him personally.
TEAL'C: Why not merely tell him the truth?
CARTER: His personality was profiled and he was deemed a (she makes
air-quotes) `security risk'.
O'NEILL: For obvious reasons.
DANIEL: Apparently his father was a newspaper reporter who was jailed
during the McCarthy era. He believes pretty strongly in the freedom
of speech and the rights for people to know what their government is
doing at all times.
CARTER: Leaking classified information could be considered treason.
O'NEILL: Alright – see if he can be convinced not to go
public. (He
starts to walk away towards his office.)
DANIEL: Without actually *telling* him anything?
O'NEILL (over his shoulder): Right!

COLSON INDUSTRIES. Colson's office.
VOGLER: We've got all the major networks, over a dozen live radio
broadcasts, and reporters from newspapers – both legit *and*
tabloids – all waiting for the next shoe to drop.
COLSON: Brian, calm down. (He goes over to a table and starts
pouring himself a drink.)
VOGLER: Our stock price is trading down twenty-five percent. We over-
extended ourselves competing for that last round of contracts. That
stock price is the only thing covering our debt and *you* are
*alienating* our biggest client. We're gonna have to start
selling
off assets ...
COLSON (interrupting): What does that matter, Brian, given what we
know?
VOGLER: I don't know – I guess I'm just trying to hold
onto some
shred of reality.
COLSON: Well, you – along with everyone else – are going to
have to
start dealing with a whole *new* reality from now on.
VOGLER: What if the world can't handle it? What if
Washington's
right and we should just keep this thing in the bag?
COLSON: Trust me. The truth is always right.
VOGLER: We've already caused mass hysteria. You have no idea how
much chaos this could cause.
(A female staffer comes in.)
STAFFER: Alec – they're here.
COLSON: Oh, show them in, would you? (He takes Vogler's hand and
puts his glass into it.) It'll be OK. (He pats Vogler on the
shoulder and walks over to the door as Sam and Daniel walk in.)
Lieutenant Colonel.
(Sam shakes his hand.)
CARTER: Alec.
COLSON: Radiant as ever.
DANIEL (holding out his own hand for Colson to shake): Daniel Jackson.
COLSON: Oh, Doc, I'm a big fan.
DANIEL: Really?
COLSON: Yes – I've been following you since your early
career.
Pyramids as landing pads for alien ships? Fascinating.
DANIEL: Er, yeah, that was a long time ago.
COLSON: Yeah, what have you been up to since? It's like you just
dropped off the map.
DANIEL: I've been around. (He smiles.)
COLSON (remembering Vogler lurking behind him): Oh, I beg your
pardon – may I introduce Brian Vogler.
CARTER: Thank you for seeing us today.
COLSON: Well, shall we? (He gestures towards sofas and leads the
way.) Why don't we start with something I'm sure we can all
agree
on, hmm? (He walks towards a TV near the sofas and picks up a
remote.) That meteor shower was a cover story, and a surprisingly
weak one at that – although under the circumstances I'm not
so sure
I'd have come up with a better one.
CARTER: What makes you say that?
(Colson pushes a button on the remote and the TV screen comes on. It
shows a mothership coming out of hyperspace above Earth. He turns
and smiles triumphantly at Sam and Daniel, then presses for the next
picture. It's a high shot of part of the battle above
Antarctica.
He presses again, and the pictures moves closer. He presses again,
and we see a clear shot of Prometheus hovering over the scout ship.
Daniel looks at Sam in concern.)
COLSON: Oh – (he points to the picture of Prometheus) I'm
guessing
that's one of ours?
VOGLER: We lost contact with twelve communications and weather
mapping satellites for over six hours on the day in question. When
we got them back on line, they were able to transmit images stored in
the buffers.
CARTER: Images like these can be faked.
COLSON: Or made to *seem* fake. (He presses the button again and the
image shows Anubis' fleet in space.) I know why you're here,
Sam.
The Pentagon wants me to know that people like you are gonna be
trying to make me look like a fraud.
CARTER: "People like me".
COLSON: Very smart people. Oh, we have more than this. (He gestures
towards the TV.) Now, obviously I don't know everything but ...
I
*do* have a right to, as does everyone else.
CARTER: Anything we can say to stop you?
VOGLER (in a resigned voice): Believe me, I've tried.

COLSON INDUSTRIES. Sam and Daniel are coming out of the main
entrance. Sam's mobile phone rings. She answers it.
CARTER: Carter.
(Donovan is at her studios.)
DONOVAN: Sam, it's Julia Donovan.
CARTER: How did you get this number?
DONOVAN: I have my sources. Our camera track just caught you and a
nice-looking young man going into Colson Industries' head office
in
Seattle an hour ago. I just saw the feed.
CARTER: And?
DONOVAN: Just wondering if you had an official comment.
CARTER: Yeah – I think your coverage is a little one-sided.
DONOVAN: Come on, Sam – Colson's gonna out the whole
operation. You
don't really think Washington can contain this.
CARTER: We'll see. Look, I don't have to remind you about
the non-
disclosure agreement you signed, do I? (She lowers the phone briefly
to talk to Daniel.) It's the reporter from the Prometheus
incident.
DONOVAN: Colson doesn't seem to be worried about going to jail.
(Sam and Daniel reach her car and get in.)
CARTER: Yeah, well he hasn't done anything illegal yet.
DONOVAN: We had an agreement. You said that if something big was
gonna break, you would call me first.
CARTER: I will, OK? Bye-bye. (She hangs up. Next to her, Daniel
has been looking at his own mobile.)
DANIEL: I've got thirteen messages from Emmet Bregman. (He grins
at
her. Sam sighs.)

COLSON INDUSTRIES. Colson is walking along with Vogler and a couple
of staffers.
STAFFER: The switchboard's been jammed ever since the press
conference. Every crackpot in the world is calling.
COLSON: Yeah, I've arranged security for all of you and your
families.
STAFFER: Do you really think we need to be worried?
COLSON: I'd be more worried about the things we still *don't*
know at
this point.
VOGLER (to the staffers): I'm trying to convince him it's not
too
late.
COLSON: It *is* too late, Brian! Too late for the world to know
there was a large-scale alien attack against our planet which was
barely thwarted; too late for the general public to realise
they've
been lied to by two different elected administrations about the very
nature of our existence!
STAFFER: So we're going public with everything?
COLSON: I was really hoping the Feds would come clean.
VOGLER: I can't believe Washington hasn't done more to try
and stop
us – some sort of legal injunction.
COLSON: That would legitimise our claims. No, no, they're
obviously
gonna try to play this as if we can't be taken seriously.
STAFFER: We're one of the largest corporations in the world.
COLSON: *And* we're telling the truth.
VOGLER: Alec! It doesn't matter who we are, or how right we are.

They can stop us if they really want to.
COLSON: Oh, come on, Brian, what are they gonna do, hmm? Have me
killed? (He chuckles and walks away. Vogler looks at the staffers
nervously.)

SGC. BRIEFING ROOM. Jack and SG-1 are watching Julia Donovan
broadcasting live on TV again.
DONOVAN: Alec Colson, age forty-two ...
CARTER: Well, he's gotta have something more significant than
pictures.
DANIEL (looking at a file): I've been going over government
contracts
assigned to Colson's companies over the last few years. I
haven't
got through them all yet but there's quite a few loosely related
to
R&D of alien technologies that we procured offworld.
(Jack turns up the volume on the TV.)
DONOVAN: ... We'll now head to Colson Industries.
(The feed goes to the live broadcast from Colson Industries. Colson
is on the podium again.)
COLSON: Welcome, and thank you for coming.
(Sam looks at her watch.)
CARTER: Twenty-four hours to the minute.
COLSON: Yesterday I told you of our belief in the existence of
intelligent life beyond our planet. I also told you that we believe
several governments, including our own, have known about this and
have been concealing the information for quite some time now.
Yesterday, I challenged those governments to come clean – reveal
the
truth. We got only silence, which gives me no choice but to present
to you what evidence I have. (He nods to a man standing near a door
on the other side of the room. The man speaks quietly into a
microphone pinned to his jumper.) How do I know for sure that alien
life really does exist? Ladies and gentlemen, seeing is believing.
(He gestures towards the door. The press turn around to face the
door. A man opens the door. A woman comes out ... followed by an
Asgard. The reporters gasp, and flashbulbs start popping as everyone
takes pictures. Back at SGC, Jack looks at the close-up image of the
Asgard, then turns to the others.)
O'NEILL: Well *I'd* call that somethin'.

TV. Julia Donovan is reporting.
DONOVAN: ... a lot of frenzy after yesterday's startling
revelation
of what appeared to be a live alien by billionaire industrialist Alec
Colson. Thus far there's been no official statement from the
White
House, and sources inside Colson Industries promise that there is
definitely more to come.

SGC. DANIEL'S OFFICE. Sam is on the phone.
CARTER (into phone): OK, thank you, sir. (She hangs up.) Well, we
just got a message back from Thor. As far as he knows, there are no
Asgard currently on Earth.
DANIEL: Loki was here for years conducting experiments without the
High Council knowing about it.
CARTER: OK – here's a possibility. What if it wasn't
really an
Asgard?
DANIEL: Looked like one.
CARTER: Didn't sound like one.
DANIEL: Didn't *say* anything.
CARTER: That's my point. Colson wrapped things up pretty quickly
without taking any questions.
DANIEL: It was a perfect likeness.
CARTER: Imagery of little grey aliens has been commonplace on Earth
for years. For that matter, Colson could have a picture.
DANIEL: So not a real Asgard?
CARTER: No Asgard *we* know would allow himself to be used that way.
DANIEL: Did look a little vacant.
CARTER: Still – as much as he wants the whole truth, I don't
think
Colson would perpetrate a hoax to get it.
DANIEL: Then what was it?
CARTER: I don't know.

COLSON INDUSTRIES.
VOGLER: The networks all want interviews.
COLSON: Too bad our friend can't talk.
STAFFER: Well, we know he's capable. The MRI showed a larynx not
too
different from ours but he doesn't seem to have anything to say.
VOGLER: They also want full access for independent medical and
scientific personnel to verify that it's really what we say it is.
STAFFER: How are we supposed to convince the world of alien
intelligence when this guy doesn't seem to *have* any?
VOGLER: We can't just trot this thing out on television with wild
claims we aren't gonna be able to back up! Granted, it's an
*amazing* genetic experiment but we don't even know that the
thing is
really alien.
COLSON: What *else* could it be?
STAFFER: All we know is that the DNA came from the Department of
Defence.
COLSON: Look, we're trying to build a circumstantial case here.
The
more questions we can raise, the more the burden of proof is gonna
shift to Washington. Sooner or later, they're gonna have to
respond
to the public pressure. Meanwhile, we stay quiet. The media's
going
nuts over this whole thing, so let's just sit tight and see what
happens.

SGC. BRIEFING ROOM. SG-1 come in. Jack is already sitting at the
table.
DANIEL: Well, Sam was right – there's something different
about
Colson's Asgard. (He puts a file down in front of Jack as the
three
of them sit down.) It seems that a Colson biotech research company
was given a copy of Asgard DNA for sequencing.
CARTER: We were trying to help with their cloning problem.
O'NEILL: Colson grew a clone?
DANIEL: They weren't told it was alien DNA – it was meant to
be a
blind study, but they obviously took their research a little further
than the contract specified.
CARTER: Asgard DNA is programmed to grow a clone to maturity in just
three months, but they're essentially an empty shell until an
existing consciousness can be transferred into them.
TEAL'C: It did not speak because it was not capable.
CARTER: Exactly. They probably spent what time they had with it
teaching it how to walk.
O'NEILL: Well – the Pentagon has lost all patience.
DANIEL: What are they gonna do?
O'NEILL: They want us to put a stop to it.
CARTER: How?
O'NEILL: We're calling in a marker. (He smiles in a
satisfied way.
The other three look blankly at him. Jack pauses, then looks at his
watch, frowning.) Yep – callin' in a marker. (He looks
round the
room. A few more moments pass, then Thor transports in.)
THOR: Greetings.
O'NEILL: Ah! (He gestures at Thor.)

COLSON INDUSTRIES. The staffer is running to Colson's office.
STAFFER (to somebody in her way): `Scuse me. (She runs into
Colson's
office.) It's gone.
COLSON: What do you mean?
STAFFER: Just disappeared right out of the lab. (Colson looks at
her, not understanding.) The alien! Computers, everything.
COLSON: How? What about security ...?
STAFFER: Nobody took it – it disappeared. We were standing right
there, there was a bright flash of light and it was all just ... gone.
COLSON (getting up and grabbing his jacket): Alright, have Ron send
out the decoy car – and get the plane ready for a trip to
Washington. Have it ready by the time I get to the hangar! (He
hurries out.)

DONOVAN'S STUDIO. Sam, in dress blues, is sitting next to Julia
in
the studio, having a microphone fitted to her jacket.
DONOVAN: You ready?
CARTER: Not really.
DONOVAN: Well, just try not to think about the camera. Focus on me.
CARTER: It's not that. I respect Alec Colson. I don't like
being
asked to discredit a man who has every right to want the truth.
DONOVAN: But you've been ordered to do this.
CARTER: Yeah.
DONOVAN: Well, if you wanna go against those orders, feel free.
I'll
go with it.
(The theme tune for "Inside Access" begins.)
STUDIO MANAGER: In five, four, three, two ...
DONOVAN (into the camera): We're here with Lieutenant Colonel
Samantha Carter of the United States Air Force. (She turns to Sam.)
Welcome.
CARTER: Thank you.
DONOVAN: Your background is astrophysics, and you're one of the
military's leading scientific researchers. We're all very
eager to
finally hear some reaction from Washington regarding the revelation
made by Alec Colson.
CARTER: Well, first of all, I can assure people that, if aliens
really existed and *were* visiting the planet, we would know about it.
DONOVAN: So, are you saying his claims have no merit? We all saw an
alien on live television.
CARTER: Yes, well, Hollywood's been helping us see things on TV
for a
long time now.
(In a car on the way to the hangar, Colson and Vogler are watching
the interview on the TV.)
DONOVAN: Are you saying that the alien wasn't real?
CARTER: It depends on what you mean by real.
COLSON (to Vogler): Notice she hasn't actually lied once.
CARTER: I can show you some advanced methods for creating realistic
3D images that we've been working on.
DONOVAN: By all means.
CARTER: We've been experimenting with technology that makes it
possible for us to create anything you can imagine – virtually.
(Thor appears out of thin air, standing beside Sam. In the car,
Colson and Vogler look at each other.)
DONOVAN: Wow – that looks just like the alien Alec Colson
introduced
to us.
THOR: Greetings, people of Earth.
DONOVAN: That's amazing – he looks so real.
THOR: Though I look real, I have been created through the use of
advanced holographic technology.
DONOVAN: That's just incredible.
(Sam reaches out and waves her hand through Thor.)
CARTER: It's just a projection. You'll probably be seeing
technology
like this in theme park rides in a few years.
(In the car, Colson chuckles.)
COLSON: Oh – she's good.

LATER. The interview over, Julia is looking at the video replay.
She turns to face Sam.
DONOVAN: Not quite the exclusive I had in mind, but it'll still
do
huge numbers.
CARTER: You're hilarious. After everything you've been
through, you
still care about ratings.
DONOVAN: How *did* you do it? I've seen visual effects before,
Sam,
and this was some sort of ... (she pauses as an assistant brings in a
sheet of paper and hands it to her, and waits for her to leave) ...
this was some sort of alien technology, wasn't it?
(Sam just looks at her. Irritated, Julia looks down at the paper she
was just given, and frowns.)
CARTER: What is it?
DONOVAN (reading from the paper): Ten minutes ago, Alec Colson's
private plane was forced into an emergency landing after almost
crashing on take-off from Seatac. The plane suffered sudden
depressurisation and loss of engine power but was able to land
without serious incident. (She looks up at Sam.) `Scuse me,
Sam,
I've gotta get on the air with this. (She leaves, calling out to
an
assistant.) I need something on Colson's wife and his daughter.
(To
Sam) They died in a plane crash when he was twenty-four. That's
why
he started Colson Aviation. (To her team) Let's go!
(Sam's mobile phone rings. She answers it.)
CARTER: Carter.
COLSON: Sam? It's Alec Colson. (He is sitting in a car at the
airport.)
CARTER (walking away from the studio area): Are you OK?
COLSON: News travels fast. It was close. (Vogler gets into the car
next to him.) Brian's still as white as a sheet.
CARTER: How did you get this number?
COLSON: Oh, I have my sources. (Sam looks at the phone in
irritation.) Y'know, the ground crew here found evidence the
plane
had been tampered with.
CARTER: Someone tried to kill you?
COLSON: Seems that way. Any ideas?
CARTER: You think *I* know? Why would I go on TV to publicly
discredit you if I knew you were about to be assassinated?
COLSON: To make sure it didn't look like Washington had anything
to
do with it. And a fine job you did too, by the way.
CARTER: I'm sorry – I was following orders.
COLSON: Yeah, I know. Don't worry, Sam – I don't believe
for a
second you were in on it. If it *was* our government, I'm sure
you
were just a pawn.
CARTER: That doesn't make me feel any better. Look, Alec, I can
assure you ...
COLSON: It's OK, it's OK. It wasn't my first rough
landing; I'm sure
it won't be my last. I won't be stopped, Sam. I promise
you, one
way or another, the world is gonna learn the truth. (He hangs up.)

SGC. JACK'S OFFICE. Jack, in his dress blues, is sitting at his
desk with his fingers steepled in front of his mouth. He appears to
be thinking hard.
O'NEILL: Umm ... how `bout a hyperdrive for the Prometheus?
(The camera pans across and we see that Thor and Daniel are sitting
in the chairs opposite.)
THOR: That is something I must discuss with the High Council.
O'NEILL: Thor, c'mon! You said you wanted to get something
nice for
the President.
(Sam comes to the door.)
O'NEILL: Carter?
CARTER: Sir, anything on who might have tried to kill Colson?
O'NEILL: It wasn't us.
DANIEL: We think that Colson may have fragments of downed Goa'uld
ships recovered from the Antarctic. A subsidiary of his was involved
in the salvage and the clean-up.
CARTER: Are we just gonna keep trying to discredit the man? I mean,
aren't *we* the ones a little delusional to think that we could
cover
up an attack of this scale?
O'NEILL: What's the alternative?
CARTER: How `bout tell the truth? (Daniel and Jack look at her,
surprised.) I mean to Colson. I know he's been profiled and
deemed
a security risk and obviously that's an accurate assessment, but
what
have we got to lose at this point? He's already trying to go
public –
let's show him why it's so important to keep the secret.
Besides,
think of the benefits of having a man with his resources on our side.
O'NEILL: Well, Thor and I are meeting with the President in five
minutes. I'll bring it up. (He picks up his hat and tucks it
under
his arm, and starts to button his jacket.)
CARTER: Five minutes?
O'NEILL (smiling smugly): Oh yeah!
(He and Thor are transported out of the office.)
CARTER: Right! (She looks at Daniel, who shrugs.)

COLSON INDUSTRIES. Colson is in his office with Vogler and the
staffer.
COLSON: Two o'clock, we go live with the pictures, pieces of the
alien ship, everything we've got.
VOGLER: Alec, they tried to *kill* us!
COLSON: You think that didn't work in our favour?
VOGLER: Dying doesn't work in our favour!
(At that moment, a transporter beam envelops Colson and he
disappears. Vogler and the staffer stand up, amazed.)

SGC. BRIEFING ROOM. Colson is transported in, with Thor beside
him. Colson looks around the room, then sees Thor beside him. He
backs away nervously.
COLSON: OK – what just happened?
(Sam and Daniel walk over.)
DANIEL: Well, in layman's terms, we beamed you up ... and then
down
again.
COLSON: Where am I?
CARTER: Cheyenne Mountain Complex, Colorado. You know Daniel, of
course.
COLSON: Uh, yeah, hi. (They shake hands.) And (gesturing to Thor)
this is Thor.
THOR: Greetings.
COLSON: Oh, so this is a *real* one!
CARTER: Yep.
COLSON: What-what happened to the clone?
THOR: It will become a host to an Asgard consciousness whose physical
body is failing.
COLSON: OK.
THOR: Now I must take my leave. General O'Neill said he will see
you
all tomorrow. (He is transported out.)
CARTER (to Colson): I wanna show you something. (She goes to the
window of the briefing room, where the blast doors are closed. She
pushes a button and the blast doors lift to show the Gateroom.
Colson stands beside her, looking at the Gate. Sam turns to him.)
We call it a Stargate.

SGC. VIP QUARTERS. Colson is on the phone.
COLSON: I'm OK, Brian. I promise you, I'm fine. I'll be
back in a
couple of days. (Someone knocks on the door.) I've gotta go.
...
Alright, bye.
(As he hangs up, Sam comes in, geared up for Gate travel.)
CARTER: Ready?
COLSON: Woh – look at you!
CARTER: Yeah – Soldier Sam.
COLSON (noticing that Sam has another uniform tucked under her arm):
Ooh, I get a uniform too?
CARTER: Yep. (She tosses it to him.)
COLSON: Alright!

GATEROOM. The Gate is dialling. Sam is waiting at the bottom of the
ramp as Colson, geared up, comes in. The Gate whooshes and Colson
flinches back. Sam grins at him, then heads up the ramp. Colson
follows her, looking nervous.
COLSON: So, uh, where are we going?
CARTER: P4X-650. We have an offworld base there.
COLSON: And how far away is that? (He and Sam stop at the top of the
ramp.)
CARTER: Six hundred and forty light years.
COLSON: Really?!
CARTER: Let's go. (She takes his arm and walks him into the
event
horizon.)

P4X-650. Sam and Colson come through the Gate, which is inside a
concrete building. The Gate shuts down behind them. Colson turns to
look at the Gate behind him, then turns to Sam, trying to look
nonchalant.
COLSON: Didn't feel a thing.
CARTER: You were demolecularised.
(A man approaches them.)
SHEFIELD: Welcome to the Alpha site.
CARTER: Alec Colson, Captain Shefield.
COLSON: Hi. (They shake hands, then Colson looks around the
structure.) Well, it's-it's ... nice.
CARTER: Our last Alpha site was destroyed in an attack. We decided
to build this one inside a mountain like the SGC.
(The three of them walk across the room.)
SHEFIELD: This is all a bit spartan, but it's our home away from
home.
COLSON: I guess I was just expecting something a little bit more, uh,
I dunno ... other-worldly?
(Sam smiles as they reach a door. She takes out her card and swipes
it through the reader and the door slides open. Colson walks a few
steps, then stops and stares in amazement.)
COLSON: Oh! Now that ... that's more like it.
(In a hangar at the end of the building is an F-302.)
CARTER: It's called the F-302 – alien-human hybrid. (They
walk
towards it.)
COLSON: So this is what the MECs were for.
CARTER: Yeah – thanks to you it's capable of leaving the
atmosphere
*and* returning. We used a number of these to defend the Earth five
months ago. This is just one of the many advancements we've made
as
a result of technology procured through the Stargate. (Colson is
staring up at the F-302 in awe.) You wanna take a ride?
(Colson grins and nods.)

COLSON INDUSTRIES. Vogler is in Colson's office. The staffer
walks
in.
STAFFER: Brian, what are you doing?
VOGLER: Alec wants all the evidence that we have about the alien
cover-up duplicated and secured off-premises. You can get started on
whatever we have left on the clone research.
STAFFER: OK. (She leaves the room. Vogler's mobile phone rings.
He
answers it.)
VOGLER: Vogler. ... I told you, I don't *know* where he is. ... I
have a meeting with the SEC this afternoon. ... I understand. ...
Don't worry, it'll work. (He hangs up, looking worried.)

ALPHA SITE. The F-302 rolls out of the hangar, takes off, and climbs
steeply into the sky. Colson, in the rear seat, looks around.
COLSON: Beautiful!
CARTER: Yeah.
COLSON: Must be hard, keeping all this secret. I don't know how
you
do it.
CARTER: I think of all the fear it would cause, the potential chaos.
COLSON: Ah, but what about all the greater meaning you could bring to
people's lives, just knowing that all this is-is out here?
CARTER: What's *out* here is an enemy so advanced, so evil,
it's a
miracle we haven't been wiped out or enslaved yet. We've
been very
lucky so far. I think most people would have a hard time living with
the threat of constant impending doom.
COLSON: Oh, right, the old `if you had cancer' argument.
Would you
want to *know* you were gonna die, or would you rather live out your
final days in blissful ignorance?
CARTER: Yeah – I guess I don't really buy it either.
COLSON: Well, *I'd* rather know – try to cure it. If I
couldn't do
that, well, I'd try to make my final days as meaningful as
possible.
CARTER: You want a turn?
COLSON: I thought I was gonna have to ask!
CARTER (pressing some buttons): Switching to co-pilot control. Go
ahead – she's all yours.
(Colson starts flying the craft, and flips it right over in a full
circle.)
CARTER: So – what do you think?
COLSON: Amazing! She manoeuvres like an FA-22 and feels like a 747!
CARTER: Yeah, that's the inertial dampeners.
COLSON: Alright – let's try this. (He puts the craft into a
steep
nosedive. After several seconds alarms sound and a "Main Engine
Rocket Fuel Warning" comes up on Sam's screen.)
CARTER: Alec! (Colson continues to dive.) Alec, pull up! (Colson
ignores her. Sam punches button to regain pilot control, and starts
to pull the craft out of its dive. It levels out just in time,
skimming right over the top of a forest.)
VOICE ON RADIO: Flight, this is Alpha Command. Is everything OK up
there?
CARTER: It is now. We're fine. Bringing her back in. (She
throws a
black look over her shoulder, shakes her head and sighs.)

LATER. The F-302 taxis back into the hangar and stops. The canopy
opens. Colson takes his helmet off.
CARTER: Well, *that* was reckless.
COLSON: Ah, the 302 can handle it. (He pats the craft.) I know. I
may not have known its name but I helped you build it, remember?
CARTER (starting to get out of her seat): It was a joyride. I took
you up for a little fun.
COLSON: This isn't a *game*, Sam. What you guys are doing up
here –
this is life and death, for all of us.
CARTER: We *know* that.
COLSON: Wasn't much fun, feeling out of control like that, was it?
CARTER: You have to make your point with *my* life.
COLSON: Oh, come on, we were never gonna crash – unlike *my*
plane
back on Earth.
CARTER: I told you – we had nothing to do with it.
COLSON: Yeah, well, *someone* did. And if you think that – or
any of
this – is gonna prevent me from telling the world what they have
a
right to know, you're dead wrong.

ALPHA SITE GATEROOM. Colson is examining the Gate. Sam walks over.
CARTER: Alec, there's something else I need to talk to you about.

There's a clandestine group of private businessmen like yourself
who
were informed of the Stargate programme over six years ago by rogue
elements of the NID. We've tried to identify them and bring them
down but they are very highly connected. Former Vice President
Kinsey's been linked to them. Now, instead of going public like
you,
they've been funding various secret endeavours all aimed at
controlling alien technology for their own purposes.
COLSON: Which are?
CARTER: You'd have to ask *them*. Personal profit, or maybe they
think they can do a better job of defending the planet than we can.
COLSON: Why are you telling me all this?
CARTER: Because I'm guessing that's who tried to kill you.
They'll
never get control of the Gate if the world finds out.
COLSON: Hmm. (He sits down on the steps to the Gate. Sam joins
him.) When I was young, all I ever dreamed about was flying. I had
every make of aeroplane ever built hanging from my ceiling. And
then ... well, I take it you know about my wife and daughter. (Sam
nods.) One of the downsides of celebrity – we really do have no
secrets. Anyway, after the crash, I vowed to make flying as safe as
it possibly could be. I really thought that I could do it better
than anyone else.
CARTER: You *have* made a difference.
COLSON: But nothing's perfect, is it?
CARTER: No.
COLSON: Intergalactic travel; advanced alien civilisations; humans
living on other worlds. I do realise that there may be bad guys out
there too.
CARTER: You have no *idea* how bad.
COLSON: But in the end, we *have* to believe in humanity. I mean,
who knows, this might bring us all together as a planet.
CARTER: If we *knew* it would play out that way, then ... (She
trails off.)
COLSON: You're afraid that knowing about the Stargate would
fracture
the world more than it already is.
CARTER: Yeah. Not just stop us fighting the Goa'uld but end
things
for good. We've seen it happen on other planets like Earth. In
one
case, public revelation of the Stargate caused an apocalyptic world
war.
COLSON (laughing): Oh, that would be the ultimate irony, wouldn't
it?! You secretly save the world from destruction at the hands of
alien invaders, only for us to destroy ourselves out of fear, after
the fact.
CARTER: Change your mind?
COLSON: Not really. I don't think it would happen. (He stands
up
and walks to the Stargate, gesturing at it.) And if a truth of this
*magnitude*, about the very nature of human existence, could lead us
to destroy ourselves, then I'd say we would deserve it,
wouldn't you?

GATE TRAVEL.

SGC. BRIEFING ROOM. Daniel is watching Julia Donovan on the TV.
DONOVAN: Investigators now believe that Alec Colson created the alien
hoax in order to divert attention from his real corporate financial
problems. (Sam and Colson come into the room.) Colson, who has
still made no public statement ... (Daniel switches the TV off.)
COLSON: "Corporate financial problems." What's she
talking about?
DANIEL: The story broke about an hour ago. The President's
halted
trading on the markets. Your company stock had fallen eighty
percent; the Dow is down over five hundred points on the whole.
CARTER: What's going on?
DANIEL (to Colson): The SEC is investigating you for securities fraud.
COLSON: That's ridiculous!
DANIEL: They're saying there are irregularities in your
company's
last two financial statements.
COLSON: It's not true! (Sam looks at him.) Come on! The timing
of
this ... I'm being set up!

COLSON INDUSTRIES. Vogler is sitting in Colson's office,
drinking.
He finishes a glass and reaches to pour another as Colson and Sam
come in.
VOGLER (slightly slurred): What's she doing here?
COLSON: She wants to help, Brian.
VOGLER: Oh good! Why – does she have a time machine so we can go
back and undo everything?
COLSON: Brian. (He sits down.) Brian, what's going on?
VOGLER: You wouldn't listen. You wouldn't stop. (He stands
up and
moves away.)
COLSON: So you admit you did this?
VOGLER: Oh! (He gestures grandly.) You go off on your adventures,
you fly your planes, you drop by every now and then with a bright
idea. Ever since we were kids. You're always biting off more
than
you can chew ... and I'm always having to bail you out.
COLSON (standing up): So you doctored the books?!
VOGLER: I *had* to. I had to do *something*. I *told* you – we
were
over-extended; the stock price was the only thing keeping us afloat
and ... you wouldn't listen.
COLSON: No, I don't believe this.
VOGLER: Alec – who do you think told the SEC?
COLSON: Why? Why now? What difference could it make, Brian? Once
the truth came out ...
VOGLER: Alec, I almost died in that plane too! I still have a
family. They tried to kill us!
COLSON: Who?!
VOGLER: Did you really think that they were gonna let you tell a
secret like this?
COLSON: Brian! What are you talking about?
VOGLER: They call themselves the Trust. (Alec looks at Sam. Vogler
sinks down onto a sofa, tearful.) Look, all I know is, they're
very
powerful, and they think that Washington abdicated its duty to
protect the planet, maybe even caused the problem in the first
place. They see it as their responsibility to step in.
COLSON (sitting down): We can fix this.
VOGLER (whispering tearfully): It's too late – it's done.
It can't
be undone.
COLSON: Brian, we'll both go to jail.
VOGLER: Yeah, but my family will be safe.
COLSON: What about the rest of the people that work for this
company? What about *their* families?
VOGLER: Why weren't you thinking about them three days ago?
CARTER: How did they know? How did the people who threatened you
know that you'd cooked the books? How did they know that there
would
be enough to indict both you and Alec?
(Vogler looks at her, crying. Colson finally realises what Sam is
implying.)
COLSON (to Vogler): They got to you six months ago.
VOGLER: Alec, they knew what you had. Don't ask me how. They
had to
make sure they could stop you. You're wrong, Alec – true or
not,
this shouldn't come out. World's not ready.
COLSON (getting up and turning to Sam): There must be *something* we
can do.
CARTER: You signed false financial statements.
COLSON: No, I mean about the people who tried to kill us.
CARTER: All I know is that they operate above the law and that
they've threatened people's lives before.
COLSON: Then we have to bring them down.
CARTER: We've tried, believe me.
COLSON: Well, we have to try again. (He looks down at Vogler, who is
a picture of despair.)

SGC. Jack and SG-1 get out of an elevator.
CARTER: So Colson's convinced Vogler to arrange a meeting with
his
contact and wear a wire. Hopefully we'll get enough to connect
them
to the rogue NID and then flip them for someone bigger. We're co-
ordinating with Agent Barrett.
DANIEL: At the very least it may restore Colson's public image.
CARTER: Well, yeah, especially if it turns out that someone in direct
corporate competition with Colson Industries was pulling the
strings. (They go into Jack's office and sit down. Teal'c
perches
on the desk at the back of the room.) Unfortunately, without further
evidence, Brian Vogler's word alone isn't gonna be enough to
undo all
the damage already done to the company.
TEAL'C: What of Brian Vogler's safety?
CARTER: He's under close surveillance. His family's been
taken into
protective custody.
O'NEILL: Well – I guess the secret is safe ... again.
DANIEL: For now.
(Jack shrugs. His phone rings and he answers it.)
O'NEILL: O'Neill.
CARTER (to Daniel): You know, I wouldn't count Colson out just
yet.
He still feels really strongly that the world should know the truth.
O'NEILL (into the phone): Alright. Thank you. (He hangs up.)
Surveillance just found Brian Vogler dead in his bathroom.
CARTER: What? How?
O'NEILL: He hanged himself.

COLSON INDUSTRIES. Sam walks into Colson's office. He is
sitting on
the sofa holding a pistol in his lap.
CARTER: Alec. (She sees what he's holding and walks cautiously
forward and sits down next to him.) I'm so sorry about Brian.
COLSON: I killed him. (He lifts the pistol.) Might as well have put
the gun against his head and pulled the trigger myself.
CARTER: You couldn't have known.
COLSON: You saw how scared he was. I know what his family meant to
him. He was never going to do anything to put them in any danger.
CARTER (nervously eyeing the pistol): Alec ...
COLSON: He was my best friend.
CARTER: He betrayed you.
COLSON: No! I betrayed *him*. (He emphasises the last word with the
pistol. Sam flinches back.)
CARTER: Why don't you put the gun down?
(Colson looks at the pistol and sighs, then looks at Sam.)
COLSON: My life's over, Sam. Everything I worked for, everything
I
believed in, held to be true ...
CARTER: ... still exists. Apparently Congress is looking into
providing relief. The companies, the employees, *will* survive.
COLSON: While I go to jail for something I didn't do?!
CARTER: Back on the Alpha site you said, no matter what, you would
rather make whatever time you had left meaningful. I'm here to
give
you that chance.
COLSON: How? By making all the indictments against me just ...
disappear?
CARTER: I was thinking more along the lines of making *you* disappear.
COLSON: Problem with a guy like me – no place on Earth I can hide.
CARTER: Who's talking about Earth?
(Colson looks at her.)
COLSON: Oh, no. No, I couldn't let you do that.
CARTER: Believe me, I wouldn't be here without the approval of my
superiors. Now, the President wasn't responsible for what
happened
to you but he's also not sorry that you were publicly
discredited.
(Colson looks away, unsure.) Please, Alec, come with me. You can
still make a difference. He who fights and runs away ...
(Colson chuckles briefly, then looks down at the pistol. After a
moment, he puts the pistol down.)
COLSON: ... lives to fight another day. (Sam nods. He chuckles
again.) And no-one will ever know.
CARTER (smiling sympathetically): Welcome to my world.

Kikavu ?

Au total, 71 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

wolfgirl88 
Hier vers 14h

mounia 
29.01.2020 vers 19h

Maighread 
28.01.2019 vers 20h

daufresne 
23.01.2019 vers 20h

Aloha81 
29.07.2018 vers 16h

seriepoi 
06.04.2018 vers 12h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

L'HypnoCard Goodies de la série Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire a été élue HypnoCard du mois de mars 2020 !
HypnoCard du Mois | Nouvelle session !

Activité récente

La Photo du mois
Hier à 21:13

La Suite de mots
Hier à 18:04

Volontariat
Avant-hier

Le Pendu 2
11.03.2020

Les Peuples
27.03.2020

Invités
21.03.2020

Steve Makaj
16.03.2020

Steve Bacic
16.03.2020

Doublages
15.03.2020

Actualités
Les costumes dans l'univers Stargate

Les costumes dans l'univers Stargate
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les costumes et équipements de l'univers Stargate...

Des évènements Stargate repoussés

Des évènements Stargate repoussés
En raison de la pandémie de coronavirus qui circule actuellement un peu partout sur Terre, de...

Bilan du 16 ! #2

Bilan du 16 ! #2
Bonjour, Me voici pour notre nouveau bilan du 16, et pas foufou ce bilan pour le coup. Le mois de...

Stargate Origins | Catherine  sur Warner TV

Stargate Origins | Catherine sur Warner TV
D'après la page Les accros aux séries, la web série Stargate Origins : Catherine sera bientôt...

Nouvelle photo du mois !

Nouvelle photo du mois !
La photo du mois, sur Le duo Sam et Jack est la numéro 3. Une nouvelle session de photo est en vote...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
HypnoRooms

pretty31, Aujourd'hui à 02:08

Animation de Pâques + calendrier sur HypnoClap, nouveaux calendriers sur Glee, Skins et Haven ! A très vite

sabby, Aujourd'hui à 09:26

Hello !! Nouveau calendrier, nouvelle PDM et nouveau sondage sur S.W.A.T , Empire et All American On vous attend

Linstead77, Aujourd'hui à 10:10

Nouveaux calendriers sur Riverdale, TWD et The Originals !

cartegold, Aujourd'hui à 10:23

Le quartier 90210 nouvelle génération se remplit de nouveautés ! Sondage, calendrier,PDM, venez nombreux

byoann, Aujourd'hui à 10:35

Bonjour, nouveau calendrier pour le quartier Robin des Bois et Merlin. Venez nous dire ce que vous en pensez...

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site

Retrouvez la chaine Hypnoweb.net
sur Blasting News